Lutte postélectorale pour la libération du Bénin:Soglo combat toujours la françafrique

Lutte postélectorale pour la libération du Bénin:Soglo combat toujours la françafrique

0
PARTAGER

Le président Nicéphore Soglo ne baisse pas les bras. Après l’élection de Patrice Talon à la magistrature suprême du Bénin, à la surprise de la grande loge nationale française, le président Soglo ne conçoit pas que le chef de l’Etat béninois séjourne trop longtemps auprès du « syndicat impérialiste. »

La rupture voulue par le peuple béninois, selon le président Nicéphore Soglo, est la rupture d’avec tous les systèmes qui inhibent le développement de l’Afrique et du Bénin. L’élection de Patrice Talon en est un symbole. L’homme qui a excellé dans les affaires pour bâtir sa fortune ne doit rien au système impérialiste de la Françafrique que l’ancien président béninois qualifie de syndicat. Le vice-président du Forum des anciens chefs d’Etat et de gouvernements africains, Nicéphore Soglo, entend poursuivre le combat postélectoral. Il fait savoir que la durée de l’état de grâce est très courte. Et pour cela, affirme l’ancien administrateur de la Banque mondiale, il faut que le président Patrice Talon habite sa fonction de président. Il trouve que le président Patrice Talon perd son temps en s’occupant des sollicitations de son prédécesseur Yayi Boni.

D’Abidjan, où il a passé environ 5 heures à discuter avec Yayi Boni devant les présidents Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé, à Paris, où il échange avec les autorités françaises, le président Patrice Talon se donne trop de temps pour se consacrer aux problèmes des Béninois. Il va falloir qu’il se concentre sur les urgences du pays. Pour ce faire, renseigne le président Soglo, le chef de l’Etat ne doit pas se laisser influencer par la Françafrique qui place à la tête des Etats des hommes qui défendent et protègent les intérêts de la France. La première des urgences est de prendre langue avec le président nigérian, sur les questions de sécurité contre Boko-Haram. Les préoccupations sous-régionales avec l’Uemoa, l’Union africaine et la Cédeao doivent être au cœur des actions de Patrice Talon en vue d’une libération de l’Afrique au Sud du Sahara.

A l’intérieur, la réconciliation du peuple avec lui-même après les intrigues politiques de Yayi Boni, la relance de l’économie nationale et de l’agriculture, l’audit de la gestion du régime défunt par des institutions dont la compétence et l’impartialité sont avérées, les réformes politiques et institutionnelles annoncées, la remise au travail du peuple, la lutte contre la corruption et l’impunité, le redressement des valeurs morales et éthiques, les chantiers de développement, le renforcement de la fluidité de l’internet, de la puissance énergétique, la disponibilité de l’eau courante, sont autant de sujets brûlants qui doivent occuper en permanence le président Patrice Talon, d’après Nicéphore Soglo.

Il pense d’ailleurs à la création d’un mouvement du genre, « y en a marre » du Sénégal qui pourrait s’appeler au Bénin « ça suffit » pour en découdre avec les réseaux européens qui ne favorisent pas l’essor du continent noir. Ce mouvement pourra accompagner le président Talon à bien réussir son quinquennat, estime l’ancien chef de l’Etat, Soglo.

Jean-Claude Kouagou

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE