Loi portant déclaration du patrimoine par les députés : « La loi...

Loi portant déclaration du patrimoine par les députés : « La loi est mal fichue », dixit Abimbola

0
PARTAGER

Appelé hier 16 octobre 2016 sur Soleil Fm à réagir sur l’actualité, le député Jean-Michel Abimbola trouve une défaillance à la loi portant déclaration des biens de certains cadres, en occurrence les Honorables députés à l’Assemblée nationale. Les questions de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, le budget de l’Etat, la carte universitaire, suspension des activités des organisations estudiantines… ont été également débattues au cours de ce rendez-vous hebdomadaire.

On compte pour l’heure 6 députés sur les 83 de la 7ème législature qui ont pu, depuis plus d’un an d’exercice, faire la déclaration de leurs biens. Ceci étant ainsi malgré la rigueur de la loi qui les invite à procéder à cet exercice dans les meilleurs délais. L’Honorable Jean-Michel Abimbola, déjà en règle, considère toutefois cette loi fichue car, dit-il, on ne peut pas demander à quelqu’un qui ne gère pas les fonds publics de déclarer ses biens. « Ce n’est pas pratique, opérationnel », a-t-il dit avant d’ajouter que ses collègues vont corriger cela suite à la recommandation du président Adrien Houngbédji. En outre, il entend réfléchir sur cette loi avec ses pairs. Tout récemment, le gouvernement a rendu public le budget de l’Etat qui s’élève à 2010 milliards. Jean-Michel Abimbola a approuvé ce montant, vu les enjeux socio-économiques qui attendent notre pays. « Nous devons tout faire pour muscler notre économie, notre agriculture pour être moins dépendants du Nigéria », a-t-il fait savoir. En appréciant la gouvernance du président Patrice Talon, Jean-Michel Abimbola voit que c’est une méthode qui est radicalement différente du régime défunt. Pour lui, Talon veut vite avancer du fait du quinquennat qu’il va faire. Par ailleurs, il y a des réformes qui nécessitent beaucoup de préparation. Il confie à cet effet qu’aucune réforme n’est simple. Au sujet de la nouvelle carte universitaire, Jean-Michel Abimbola clarifie que personne n’en est contre. Seulement, les députés veulent comprendre les raisons fondamentales sous-tendent cette carte universitaire. La question de la suspension des activités des institutions des étudiantes a été aussi abordée. Vu les différents mouvements de revendication qui s’opèrent par les étudiants, l’honorable trouve le bien fondé de cette décision du gouvernement qui est tant décriée par certains. A l’en croire, il y a trop de dérives en ce qui concerne ces organisations des étudiants dans les universités publiques du Bénin. Par une rétrospection sur le gouvernement de Yayi auquel il a appartenu pendant plusieurs années, il dit que Yayi a été l’homme qui lui a permis de servir le Bénin. Mais il n’admet pas le système de gouvernance du président Yayi Boni. Ainsi, selon lui les maux sous Yayi sont entre autres, la gouvernance politique de division du pays, le bâillonnement des partis politiques… « Je suis politiquement fâché contre Yayi. Mais humainement non », a-t-il souligné.

Joseph-Martin Hounkpè

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE