Lionel Zinsou parle de son échec et pointe de doigt ses adversaires.

Lionel Zinsou parle de son échec et pointe de doigt ses adversaires.

7
PARTAGER

En marge des activités ayant marqué la commémoration de la journée de l’abolition de la traite négrière en France, le 10 Mai 2016, le dernier premier ministre de l’ancien président Boni Yayi, s’est prononcé sur l’élection présidentielle de Mars 2016 qui a vu la victoire de son challenger Patrice talon élu à la magistrature suprême du Bénin.

En effet, pour le premier ministre Lionel Zinsou, candidat malheureux au second tour de l’élection présidentielle du 20 Mars 2016, l’une des armes que ses adversaires ont utilisé contre sa personne pour l’empêcher de briguer la magistrature suprême de son pays ; est la stigmatisation de la couleur de sa peau et de sa binationnalité.

Ainsi, se prononçant sur Vox Africa, il affirma en justifiant l’une des causes de son échec : « mes adversaires trouvaient que je suis un peu trop blanc et trop français ». A travers cette déclaration, il faisait certainement allusion à l’une de ses déclarations dans laquelle il affirmait : « je me sens un tout petit peu béninois ». Déclaration qui fut rapidement récupérée par ses adversaires qui en font un zoom tout au long de la campagne électorale.

Il ajoute pour relever le contraste : « il y a 60 ans, on me disait que j’étais trop noir. Ce sont les conditions du métis ; on est jamais tout à fait chez soi ». Parlant de sa vie post-électorale, Lionel Zinsou promet apporter sa pierre pour l’édification et pour la lutte contre la misère pour soulager ses compatriotes. « Il faut pouvoir être utile à son pays a-t-il conclu ».

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

7 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE