Lionel préoccupé par les pics que par son propre projet

Lionel préoccupé par les pics que par son propre projet

1
PARTAGER

Le candidat de la continuité aurait fait un débat intéressant s’il s’était un tout petit peu concentré sur son projet de société. Lionel Zinsou, un peu comme préparé à attaquer son interlocuteur, était beaucoup plus préoccupé à répondre qu’à avancer dans le débat. A chaque prise de parole, il n’avait de cesse de dire « vous avez dit ». En fait, le stratège Talon l’a conduit là où il ne voulait pas, en l’amenant tout le temps à vouloir se justifier. Et donc, Talon multipliait les accusations en charcutant vertement le gouvernement de Yayi Boni.

Un peu très ulcéré par ces prises de positions, Lionel était obligé d’arranger l’image de son chef en justifiant à tout moment. On se rappelle des questions de contrat, de Maria Gléta et autres où il voulait démontrer à tout prix que tout est rose. Le pire, c’est quand Patrice Talon, consciemment ou inconsciemment, enfonce le clou en utilisant les termes comme Etat voyou, République bananière, français de nationalité. Sur ce dernier coup, Lionel est devenu méconnaissable. On le voit très furieux, et il ne le cachait pas du tout en lançant des pics très virulents. Il trouve que Talon a une souche française et que lui Zinsou n’est pas gouverneur et qu’il est Mahi. Le candidat n’a pas hésité à user d’arrogance monstre. « Le fait de dire Premier ministre français est une petitesse. Si ! Vous l’avez dit. C’est une petitesse. Je ne demande pas si vous êtes français. Je suis indifférent au fait que vous soyez d’une lignée française. C’est moi qui m’appelle Zinsou et c’est vous qui vous appelez Talon. Je ne suis pas d’une famille de négriers ». Les maux sont inqualifiables. Mais une fois encore, ce sera à Patrice Talon de faire descendre la pression en disant à Lionel pour faire court : « Je m’excuse ». Mais il n’a pas démordu pour autant. « Aucun béninois ne saurait en matière de marchés publics, dire que vous êtes un modèle. Je voudrais vous dire qu’à force de dire des mensonges cela devient une vérité. J’ai dirigé des entreprises qui ont dix fois le nombre de vos salariés. Vos dossiers sont pendants devant la justice et je ne vais pas en dire plus, vous êtes venus me proposer un poste de ministre en 2006, je sais que vous aimez faire peur Patrice ». Lionel s’est concentré à s’en prendre à son interlocuteur pensant convaincre les Béninois outre mesure. Il aurait fait une très bonne prestation s’il avait utilisé cette consistance qu’il avait pour persuader les Béninois sur son projet de société au lieu de se concentrer sur un candidat déjà président de la République. L’amertume du candidat de la continuité était visible. Les pro-Yayistes ont contaminé l’ange Lionel en déprimant son mental. Quel gâchis.

AT

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE