Libération de trafiquants d’ivoire arrêtés à Banikoara:Grave indulgence du tribunal de Kandi

Libération de trafiquants d’ivoire arrêtés à Banikoara:Grave indulgence du tribunal de Kandi

1
PARTAGER

Le tribunal de Kandi a rendu son verdict mardi 3 mai 2016 dans le dossier trafic d’ivoire dans la Commune de Banikoara.
Les 5 trafiquants mis aux arrêts jeudi 18 février 2016 à Banikoara avec 4 défenses d’éléphants à quelques encablures du Parc du W écopent chacun de 24 mois d’emprisonnement assorti de sursis. Ils doivent payer chacun 300 000 FCfa et 1million de FCfa de dommages et intérêts.

Cette décision permet donc à Tankouanon Nabehanlan, Tankouanon Yambouanin, Akodjenikafo Akiyo Pascal, Kombare Bapoughini et Assa Yaya Roméo de recouvrer leur liberté. Or, selon les articles 153, 154, 158 de la loi portant régime de la faune en République du Bénin, ces trafiquants encourent une peine d’emprisonnement allant de 3 mois à 10 ans mis à part les amendes à payer. La justice ayant la dernière décision en matière de condamnation, le tribunal de Kandi a tranché autrement et on se demande si cette décision est vraiment coercitive pour inverser la courbe de massacre des espèces protégées et faire prendre conscience aux trafiquants. Cette condamnation d’emprisonnement avec sursis pourrait constituer une menace pour les éléphants dans les parcs W et Pendjari, car la probabilité de récidivisme de ces trafiquants est forte. Il faut rappeler que le démantèlement de ce réseau est l’œuvre des officiers de la Police judiciaire et des agents des eaux et forêts avec le soutien du projet Appui à l’application des lois sur la faune et la flore (Aalf-Bénin). Ces structures ont joué leur partition. On s’attendait à voir la justice frapper fort conformément aux textes en vigueur. Mais, hélas ! L’intime conviction du juge l’a emporté. Se référant à la législation, on peut assurer sa largesse envers ces trafiquants, par ces temps où l’Afrique intensifie la croisade contre le carnage des éléphants. Le Kenya a brûlé récemment 105 tonnes d’ivoire. Cela devrait servir d’exemple et amener les acteurs de la lutte contre la criminalité faunique à démoraliser les trafiquants quel que soit le pays.

SA

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE