Les forces vives de Parakou échangent autour du thème «Parakou, ville durable»

Les forces vives de Parakou échangent autour du thème «Parakou, ville durable»

0
PARTAGER

Parakou - Une séance d’échanges entre les forces vives de la commune de Parakou, à l’initiative du maire Charles Toko, en collaboration avec le préfet du département du Borgou, Djibril Mama Cissé, autour du thème «Parakou, ville durable», a démarré vendredi à la salle des fêtes de la municipalité.

Initié une semaine après la prise de service du nouveau maire Charles Toko, ce séminaire vise, selon l’autorité de Parakou, à recueillir les contributions et expertises des cadres de la ville dans une démarche participative afin de doter la commune d’un mémorandum d’initiatives et de projets novateurs capables d’impacter positivement et durablement le cadre de vie des populations.

Il vise en outre, a-t-il fait savoir, à faire un bilan de la politique de planification et de mise en œuvre des infrastructures d’assainissement pluvial et du développement urbain durable de la ville de Parakou et projeter les actions, à court et moyen terme, à mettre en œuvre pour une bonne gestion des eaux pluviales, la mobilité urbaine et un cadre de vie décent.

Pour l’autorité communale, aucun développement local n’est possible sans un environnement sain, une gestion intelligente des déchets et des eaux usées, de l’eau potable disponible pour tous, une bonne sécurité alimentaire. « En définitive, mon conseil et moi, grâce à vos contributions et aux précieux appuis de l’Etat central et des partenaires au développement, rêvons de faire de Parakou la commune la
mieux assainie où il fait bon vivre pour chacun et pour tous avec des populations engagées dans la préservation des ressources au profit des générations futures », a conclu le maire Charles Toko.
En décidant de faire de Parakou une ville durable, le staff municipal envisage selon le préfet Djibril Mama Cissé, de préserver et de gérer durablement les ressources de la ville dont l’énergie, l’eau, le sol, la biodiversité, d’améliorer l’équité sociale en renforçant l’accessibilité pour tous aux logements, à l’éducation, à la santé, aux services et équipements collectifs et en luttant contre les inégalités sociales écologique, d’améliorer l’équité et la cohésion sociale entre les quartiers et les arrondissements à l’échelle infra-communale, à l’échelle intercommunale et dans le cadre de la coopération décentralisée et d’améliorer enfin l’efficacité et l’attractivité du tissu économique.

Au regard de l’état actuel de la ville de Parakou où les problèmes d’assainissement, de cadre de vie, de mobilité urbaine, l’incivisme de la population se posent avec acuité, l’autorité de tutelle a pris l’engagement de soutenir cette noble, exaltante, ambitieuse et inédite expérience qui, selon lui, fera école au Bénin.
Ainsi, pendant 48 heures, les participants auront droit à plusieurs communications dont une communication introductive sur l’assainissement à Parakou, la mobilité urbaine. Ils éclateront en outre en groupes pour faire le diagnostic de l’hygiène et de l’assainissement dans la ville et celui de la mobilité urbaine.

ABP/BKM/TB

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE