Les Fcbe en route pour la rivière : Loth Houénou et Martin...

Les Fcbe en route pour la rivière : Loth Houénou et Martin Rodriguez pour sauver la démocratie

0
PARTAGER

Avec la déclaration de soutien des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) aux actions du Chef de l’Etat, Patrice Talon, la presque totalité des forces politiques du Bénin sont en phase avec les idéaux de la Rupture. Ce qui constitue un danger pour la démocratie béninoise. Heureusement, au lendemain de l’élection présidentielle de mars 2016, le richissime homme d’affaires, Martin Rodriguez s’est démarqué du lot en déclarant son opposition farouche à Patrice Talon, alors même que ce dernier n’avait même pas pris le pouvoir. Le leader d’opinion Loth Houénou, s’est également illustré à travers le bilan des 100 jours d’exercice du pouvoir par Patrice Talon en dénonçant des actes de malversations. Des actes de bravoure et de courage à saluer, car une démocratie sans opposition est vouée à la dérive. Le contexte politique actuel, marqué par l’unanimisme frisant le système de la pensée unique n’arrange guère le Chef de l’Etat. Patrice Talon a donc tout intérêt à soutenir Loth Houénou et Martin Rodriguez dans leurs actions de veille. Ils doivent être vus non pas comme des ennemis, mais plutôt comme des sauveurs  de la démocratie béninoise. Le risque est grand pour que les réformes en cours subissent très tôt des remises en cause quand les intérêts des uns et des autres ne sont plus en jeu.

Appliquer le statut de l’opposition

Le Chef de l’Etat et son gouvernement se doivent de créer des conditions particulières pour l’éclosion de l’opposition en vue de l’amélioration du fonctionnement de la démocratie. Le statut de l’opposition voté en 2002 lui confère des avantages. Ce qui lui permet de critiquer le programme, les décisions et les actions du gouvernement, développer des programmes propres, proposer des solutions alternatives à la nation. A travers les attributions de l’opposition, les partis qui la composent sont supposés contribuer à rendre plus transparente la gestion des affaires publiques, à réduire le coût de l’accès à l’information des citoyens, à rendre plus aisée l’opération des choix politiques par les citoyens, à éclairer les gouvernants dans la prise de certaines décisions, à l’amélioration des politiques publiques mises en œuvre par l’Etat, etc. Le gouvernement de la Rupture doit donc œuvrer à la jouissance des prérogatives liées à l’opposition afin de permettre à tous ceux qui s’y réclament de jouer le rôle qui est le leur.

Thomas AZANMASSO


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE