Le gouvernement suspend la sortie officielle des 502 douaniers recrutés par Yayi

Le gouvernement suspend la sortie officielle des 502 douaniers recrutés par Yayi

0
PARTAGER

L’un des premiers actes du gouvernement Talon serait du côté des disciples de St Mathieu. Il aurait suspendu la sortie officielle des 502 agents de la douane, recrutés par le gouvernement de l’ancien Président Boni Yayi sur fond de polémique. La nouvelle a été portée par Jean-Baptiste Elias hier dimanche 10 avril 2016, sur la radio Soleil Fm.

L’information a été rendue publique hier, par le Président du Front national de lutte contre la corruption (Fonac), Jean-Baptiste Elias. Invité sur l’émission dominicale de la radio Soleil Fm, il a confirmé les rumeurs qui courent les réseaux sociaux depuis quelques jours : la suspension de la sortie officielle des 502 agents de la douane, recrutés par le gouvernement de l’ancien Président Boni Yayi. « Le gouvernement du Président Patrice Talon a officiellement interrompu la sortie officielle des 502 douaniers prêts à faire leur sortie après une formation militaire de 90 jours au camp militaire de Ouidah. » a laissé entendre Jean-Baptiste Elias. « Il leur a été simplement notifié de rentrer d’abord chez eux et qu’ils seront appelés ultérieurement.

La raison évoquée par le gouvernement pour justifier cette décision est qu’il n’y a pas assez de ressources à l’heure actuelle pour organiser leur cérémonie de sortie. » a-t-il poursuivi. Pour l’intrépide défenseur des valeurs éthiques dans la société, cette annonce est très diplomatique pour ne pas faire croire aux élèves douaniers que le concours est entrain d’être annulé. Mais il insiste sur le fait que ces élèves douaniers recrutés dans des conditions douteuses doivent comprendre qu’ils ont moins de chance à être rappelés par le gouvernement de rupture. Notons par ailleurs que l’annulation de ces concours dit frauduleux est l’objet de doléances de tous les secrétaires généraux des confédérations syndicales, des acteurs de la société civile et de beaucoup de citoyens.

Armel VIDEGNON/Le Grand Matin

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE