Le financement innovant du développement peut aider le nouveau Gouvernement du Bénin...

Le financement innovant du développement peut aider le nouveau Gouvernement du Bénin à améliorer la vie de millions de Béninois

0
PARTAGER

Dans l’ensemble, l’économie béninoise dépend largement de l’agriculture de subsistance et du coton, ce qui rend le pays très vulnérable aux fluctuations mondiales du prix des matières premières. La dette du gouvernement béninois en pourcentage du PIB demeure élevée à 18,3 (en 2014), alors ses besoins budgétaires continuent d’augmenter. Des secteurs comme l’éducation et la santé représentent une part importante du budget, comptant pour 23% et 7% des dépenses publiques respectivement.

Dans le cadre de ses efforts continus pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD), le gouvernement béninois doit trouver des sources supplémentaires de revenu qui compléteraient l’Aide Officielle au Développement (AOD). A cet égard, le modèle de Financement Innovant du Développement (FID) représente une voie très prometteuse à explorer.
Le FID fait désormais partie intégrante des stratégies recommandées par l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Fonds monétaire internationale (FMI) et la Banque mondiale. Dans plusieurs discours, le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki Moon a lancé un appel aux pays en développement, les encourageant à trouver des alternatives financières à l’AOD. On estime que les pays en développement font face à un déficit de 2,5 billions de dollars US dans le cadre de la réalisation des ODD. D’où la nécessité pour ces pays de mobiliser toutes les ressources disponibles pour atteindre leurs objectifs de développement durable.
Le FID cible des secteurs fortement mondialisés tels que les télécommunications, non seulement pour générer de nouveaux revenus mais également pour :
• stimuler l’afflux de capitaux ;
• résoudre les inefficacités sectorielles ;
• améliorer la balance commerciale internationale des pays émergents ;
• mettre à profit la valeur générée par la diaspora notamment via les transferts monétaires.
Le contrôle et le monitoring sont toutefois essentiels à la réussite des projets FID. La mise en œuvre d’une structure adéquate de gouvernance et l’utilisation appropriée des TIC améliorent considérablement la durabilité, l’efficacité et l’intégrité des instruments de financement innovant.
Plusieurs pays africains ont mis à contribution des activités économiques comme les services de télécommunications internationales ou le transport aérien pour créer des sources supplémentaires de revenu et les canaliser vers des projets de développement. Le Bénin pourrait également tirer parti d’un programme FID étendu.
La pauvreté demeure endémique au pays, touchant environ 36.2 % de la population. L’environnement entrepreneurial et commercial du pays est également confronté à plusieurs défis importants. Des améliorations sont nécessaires notamment sur le plan :
• du cadre réglementaire afin de favoriser des partenariats public-privés ;
• de la collecte des revenus ;
• de la gouvernance des institutions publiques autonomes ;
• de la répartition géographique équitable des ressources

La première étape cruciale consiste à mettre en place la réglementation et les systèmes de contrôle appropriés. En mettant en place des solutions TIC de gouvernance qui intègrent des systèmes de gestion de la fraude, le gouvernement du Bénin serait en mesure de capitaliser sur les revenus générés par les instruments FID et de les canaliser vers ses propres initiatives prioritaires de développement. Le gouvernement devrait se concentrer sur ses priorités et mettre à contribution des mécanismes de financement qui ont fait leur preuve en vue de réaliser les réformes infrastructurelles et les améliorations socio-économiques évoquées ci-avant.

Les sources de financement innovant autonomiseraient davantage le gouvernement béninois et l’aiderait à réduire sa dépendance à l’aide étrangère. Les perspectives économiques du Bénin en 2016 seront définies par la volonté du gouvernement d’atteindre les ODD et la mise en place du Programme d’Investissements Structurants. D’autre part, le Bénin devra renforcer les réformes visant à améliorer le climat des affaires et les dépenses publiques en particulier. Les réformes ont pour but, dans un premier temps, de mobiliser les ressources identifiées lors de la présentation du Programme d’Investissement Structurants (PIS) du Bénin à la table ronde de Paris en juin 2014, et dans un deuxième temps, d’exécuter les plans d’investissement. Dans ce cadre, les mécanismes FID apportent des moyens concrets de structurer et de rationaliser les initiatives d’investissement tout en garantissant un contrôle gouvernemental intégral et optimal sur les données générées.

Writers Group

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE