Indisponibilité des cartes à 3 jours du scrutin:Le Cnt n’a servi à...

Indisponibilité des cartes à 3 jours du scrutin:Le Cnt n’a servi à rien

0
PARTAGER

Le Centre national de traitement (Cnt) n’a servi à rien. On peut le dire désormais à haute et intelligible voix sans craindre d’être contredit. Il a perpétué le désordre orchestré par le Cos-Lépi.

Après son apparition subite pour annoncer que Ahouanvoébla n’a atteint que 35% du taux de production des cartes d’électeur, le 1er responsable du Cnt Kassim Chabi s’est réfugié dans un silence assourdissant. On est à 3 jours des élections, plusieurs départements sont sans cartes d’électeur. Le Chef du Cnt ne dit rien. Il s’en émeut à peine, banalisant ainsi le vœu du citoyen béninois de jouir de son droit de vote. Ce qui est curieux, c’est qu’il refuse toute visite. Le Chef n’aime pas qu’on le dérange. Il n’aime pas du tout qu’on cherche à savoir ce qui est fait et comment il y procède. Il y a quelques jours, les organisations de la société civile ont condamné l’opacité dans laquelle il s’est emmuré. Le Directeur du Cnt n’a pas pu dire aux Osc le niveau d’évolution du processus de production des nouvelles cartes. Il n’a pas pu leur fournir le chronogramme, ni ses craintes par rapport à la réussite du processus. Tout est fait dans une opacité extraordinaire. A travers ces actes, Kassim Chabi prouve chaque jour qu’il ne faudra pas perdre son temps à compter sur les nouvelles cartes d’électeur. Alea jacta est, le sort en est jeté. Les électeurs doivent chercher à dépoussiérer leurs anciennes cartes. La carte de Kassim Chabi ne viendra pas. Il ne s’agit pas d’un défaitisme béat. La réalité saute à l’œil. A 3 jours du scrutin, les électeurs de 6 départements du Bénin ne sont pas pris en compte par les opérations de distribution des nouvelles cartes. Il s’agit de l’Atacora, de la Donga, du Mono, du Couffo, du Plateau et du Zou. Selon la plateforme de la société civile, on est à moins de 50% de couverture du territoire soit 1.765.205 de citoyens béninois ne disposant pas de leurs cartes d’électeurs. On peut conclure sans risque de se tromper que le Cnt n’a vraiment pas servi à quelque chose. Heureusement que la Cour a sorti une décision inachevée pour rendre valables les anciennes cartes. La Cour aussi entretenant le flou laisse le Cnt fonctionner, mais dans le même temps rend valable l’usage des anciennes cartes. On se retrouve dans un désordre parfait où dans une aire opérationnelle couverte par les nouvelles cartes, les électeurs peuvent encore utiliser les anciennes. La Cour aurait pu sauver ce peuple si elle avait été claire dans sa décision en limitant l’usage exclusif des nouvelles cartes aux aires opérationnelles couvertes.

Kassim Chabi sur les traces de Ahouanvoébla

Un peu comme Augustin Ahouanvoébla, Kassim Chabi utilise les mêmes modes opératoires. On comprend finalement que c’est le mot d’ordre avant chaque prise de service à la tête de ces institutions stratégiques. Les représentants des partis politiques se réclamant de la rupture ont tout le temps condamné l’opacité de Augustin Ahouanvoébla. Jusqu’à son départ, celui-ci n’a pas permis à ces derniers d’accéder à la chambre de production des cartes. Il n’a jamais pu leur dire le nom de l’opérateur technique qui confectionne les cartes d’électeur. Kassim Chabi, mieux que son prédécesseur, est ferme. Il n’accepte aucune visite et ne parle pas du tout. On peut, sans risque d’exagérer, dire que le Cnt ou le Cos Lépi sont en mission commandée. Tout frise une volonté claire de masquer la vérité. La conspiration est claire.

AT

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE