Grandes tendances du scrutin du 06 mars : Houngbédji et Léhady doivent...

Grandes tendances du scrutin du 06 mars : Houngbédji et Léhady doivent se réconcilier avec leurs bases

0
PARTAGER

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2016 a livré son verdict. Et tout comme lors des législatives et communales, les surprises étaient aussi au rendez-vous. La percée des deux hommes d’affaires, Sébastien Ajavon et Patrice Talon respectivement à Porto-Novo et Cotonou ne laisse aucun observateur de la vie politique indifférent. A tel point que celui qui pense, qu’Adrien Houngbédji, président du Parti du Renouveau démocratique (Prd) et Léhady Soglo, de la Renaissance du Bénin (Rb) doivent se réconcilier avec leurs bases, n’exagère aucunement. Si non, comment comprendre que dans ces deux fiefs, Patrice Talon et Sébastien Ajavon n’aient pas fait de détail au candidat de l’alliance républicaine, Lionel Zinsou. A Cotonou, l’homme fort de l’or blanc a simplement rabattu le caquet à Léhady Soglo, comme l’a déjà fait Candide Azannaï lors des législatives. De son côté, Sébastien Ajavon a férocement disputé les voix avec Adrien Houngbédji. La différence de voix entre les deux hommes à Porto-Novo et dans l’Ouémé en général est insignifiante. Pourtant, de tous les temps, la capitale économique et celle politique du Bénin, ont été les fiefs de la Rb et du Prd. Leur ralliement aux Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) était donc la solution ad ’hoc pour un premier tour sans appel. C’est comme dans un jeu de football. Quand on fait le transfert d’un joueur, c’est pour qu’il renforce sa nouvelle équipe et participe à sa victoire. La coalition Fcbe-Prd-Rb était donc perçue comme l’artillerie parfaite pour faire élire par KO Lionel Zinsou au soir du premier tour du scrutin. D’ailleurs, Léhady Soglo et Adrien Houngbédji ne l’ont pas caché. Sauf qu’à l’arrivée, au lieu d’un renforcement, ils ont étalé leurs limites. L’illogisme dépasse l’entendement. A voir les résultats, il est clair que les fruits n’ont pas donné la promesse des fleurs, contrairement au Nord Bénin où les leaders Fcbe ont assuré un record de maître à leur candidat. Pour certains analystes, si dans cette partie du Bénin, le score réalisé par Lionel Zinsou n’était pas si écrasant, il n’en serait pas à cette place. Qu’est-ce qui n’a donc pas marché dans la zone méridionale? Nul doute, le mot d’ordre n’a pas été suivi. L’électorat de la Rb et du Prb ne parle visiblement plus le même langage que leurs leaders. D’où la nécessité d’un dialogue avec la base en vue d’une réconciliation. Sans quoi, le spectre du déclin du Parti du renouveau démocratique et de la Renaissance du Bénin rôde. Porto-Novo semble ne plus être la chasse gardée du Prd de même que Cotonou qui est devenu une citadelle prenable au grand dam du leader des Houézèhouè.

Cyrience KOUGNANDE

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE