Gouvernance sous Talon : Où est passé Désiré Vodonou?

Gouvernance sous Talon : Où est passé Désiré Vodonou?

0
PARTAGER

 La rupture était le ferment  de son combat en vue de l’élection présidentielle de 2016. Ce vocable si galvanisant tel un chant de guerre, il en était le pionnier et, était même prêt pour lancer avec d’autres forces politiques l’assaut final contre le régime YAYI.  

C’est ni plus ni moins une vérité de La Palice. L’honorable Désiré VODONOU  a su faire un bon diagnostic. A  quelques mois de l’élection présidentielle de 2016 en effet, il déclarait  sans équivoque : « Mes chers amis, l’examen clinique de la situation sociopolitique de notre pays révèle, secteur par secteur, un résultat préoccupant … » Il sera plus explicite : «  Pour qui prend-t-on notre jeunesse, quand on lui chante que selon  l’indice de progrès des OMD, le Bénin supplante le Sénégal, le Nigéria, l’Afrique du sud et la Côte d’Ivoire et que le Bénin a le taux de pauvreté le plus bas de l’UEMOA , que les Béninois sont un peuple prospère  qui s’ignore  quand le jeune regarde dans sa poche et ne trouve que la misère ? », avant de s’interroger : «  Que faire face à un pareil constat, combien  choquant  quand les dirigeants actuels (l’administration YAYI) rabâchent dans les oreilles des populations et surtout des jeunes à longueur de journées qu’ils ont fait miracle ? Sont-ils sincères quand ils continuent de parler de la construction d’un Bénin émergent ? Que pensent-ils des scandales qui plombent l’économie nationale ? Pourquoi nous parlent-ils de la prospérité partagée alors qu’ils entretiennent une gouvernance biaisée au détriment des masses populaires qui continuent de trimer et vivre une vie de forçat ? »  Il fit un état des lieux révélateur de la faillite sociale dans laquelle le régime YAYI avait précipité tout le pays : « Un tour à l’Etoile Rouge  à Cotonou tous les jours à l’aube  ou sous les arbres dans les différentes localités de notre pays en pleine journée, montre qu’en termes d’emploi, ils sont ridicules  dans leur combat pour inverser la tendance du chômage  dans  le pays. Le phénomène de Zémidjan qui constitue un motif sérieux de l’exode rural, leur donne-t-il  à réfléchir ? De quoi sont-ils alors satisfaits quand tous les indicateurs sont au rouge ? La question de délestage, l’ont-ils résolue ? Aujourd’hui, la galère et l’incertitude chagrinent le peuple qui est déboussolé. La Nation est prise dans une tourmente  sociale et économique, une spirale d’atrocités qui rend son avenir sombre. Le désarroi est grand et profond. » Malgré une telle décadence et l’ampleur du désespoir, il était confiant comptant sur la capacité des Béninois à sortir de cette dédale : «  Mais le Bénin n’est pas un peuple damné. Il est assez ingénieux pour opérer des progrès quantitatifs. Le changement de cap est possible et doit s’opérer. Il suffit seulement de s’unir pour barrer la route aux imposteurs. C’est maintenant  qu’il faut en prendre  conscience. En prendre conscience pour un hémicycle (élection législative de 2015) où des élus se pencheront sur les aspirations réelles du peuple. En prendre conscience pour choisir des élus locaux (élection municipale et communale de 2015)  capables d’impulser le développement à la base. En prendre conscience pour confier l’appareil d’Etat à un régime plus responsable et vertueux (élection présidentielle de 2016). Quand un homme de foi  et de conviction  comme l’honorable Désiré VODONOU, un grand visionnaire politique  et un grand prophète  lançait  le 28 février 2015 à Abomey au stade de Goho à l’occasion de la création officielle de l’alliance Patriotique de l’Eveil pour l’Union (P.E.U.) dont il est le président d’honneur,  dans le contexte sociopolitique alors pourri du Bénin,  le mot d’ordre de ’’La Rupture’’ pour balayer la maison et exorciser la République hantée  par le yayisme, personne ne pouvait imaginer sa transhumance  de dernière minute. Les Béninois ne comprennent toujours   pas les mobiles de cette ultime volte-face qui semble donnée un coup fatal à la carrière politique de ce magnat des métaux précieux qui certainement  ne quittera pas si précocement la scène politique. Mieux ils sont vexés par ce revirement  spectaculaire et sont  toujours sous le choc  du choix ambigu de l’ancien député. Malgré son ralliement à Lionel ZINSOU  et les propos  hostiles qu’il a tenus en son temps  sur la chaîne de télévision Canal 3 contre l’opposition, beaucoup attendent sa rentrée politique et veulent bien le voir se prononcer  sur les sujets  actuels qui remuent la République.

David DOLTAIRE


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE