Gouvernance à l’ère de la Rupture : Johannes Dagnon, le vrai Président

Gouvernance à l’ère de la Rupture : Johannes Dagnon, le vrai Président

0
PARTAGER

On le sait lié à Patrice Talon dans le cercle familial, mais au-delà, c’est le vide. Cet expert-comptable n’a presqu’aucune présence publique dans la presse ou sur Internet, en tout cas pas en dehors de l’affaire de la tentative de coup d’Etat contre Yayi Boni qui le verra aller en prison pendant 22 mois. Dès le 15 avril 2016, propulsé conseiller spécial au palais de la Marina, Johannes Dagnon cumule les positions importantes du système.

Johannes Dagnon, l’expert-comptable

Associé majoritaire au sein du Groupe Fiduciaire d’Afrique (FIDAF), Johannes Dagnon est expert-comptable. Le groupe est composé des sociétés Fiduciaire d’Afrique, Fiduciaire Conseil et Assistance, Reshuform, SERI (Société d’Etudes et de Réalisations Informatiques) et conseille tous les clients les plus importants au Bénin. Longtemps directeur du cabinet de Fiduciaire d'Afrique fondé en 1974, Johannes Dagnon a officié comme commissaire aux comptes de toutes les sociétés de Patrice Talon. Il a été le stratège ayant permis d'éviter des redressements fiscaux inopinés de l'administration Boni Yayi. Cette position centrale dans l’organisation Talon est aujourd’hui répliquée au Palais de la République

Johannes Dagnon, le vrai Président ?

Conseiller spécial du Président de la République, les rumeurs l’avaient annoncé Ministre des Finances. La Lettre du Continent dit de lui « Aucune décision publique du nouveau chef de l'Etat béninois, dont il est par ailleurs le cousin, ne lui échappe. » L’organisation de l’investiture du Chef de l’Etat a été dans les moindres détails supervisée par lui. Mais plus encore, dans la chaîne de décision de l’Etat, il s’est occupé de la mise en place et de la gestion des audits, du recrutement du stratégique Directeur National de la Communication, de l’entretien avant nomination des directeurs généraux de sociétés d’Etat. Il a piloté le forum ENNOV Benin 2021 qui a porté la vision du Chef de l’Etat de se baser sur l’économie numérique pour se développer. La cellule de contrôle des arrêtés basée à la Présidence de la République devrait également lui échoir. Toutes ses attributions font se poser des questions sur la réelle place de Johannes Dagnon.

Le Conseiller Spécial aura désormais le contrôle sur les décisions de tous les ministres, de tous les préfets. Il va s’en dire que si Dagnon ne veut pas, personne ne pourra dans le système. Ce pouvoir exorbitant conféré au seul Président de la République est désormais dévolu à un non-Elu qui a la confiance du Chef certes mais n’a pas obtenu celle du peuple (à travers une élection) pour avoir autant d’emprise sur les choix qui décideront de l’avenir du Bénin.

Qui s’y frotte, s’y pique… et ailleurs ?

La sanction, exceptionnellement élevée, appliquée à la liberté de ton d’un conseiller de ministre traduit la force du Conseiller spécial et l’engagement du chef de l’Etat à le doter de plus de pouvoir à travers la cellule de vérification des arrêtés.
Johannes Dagnon, on l’aura compris est le véritable homme de confiance de Patrice Talon. Mais quid de ses compétences. Si on ne peut douter de sa formation d’expert-comptable, en revanche on peut s’interroger sur son expertise rarement mentionnée à l’international sauf quelques traces au Togo et en Mauritanie.

Alors c’est qui le boss ?

M.M


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE