Gouvernance à l’ère de la rupture : Beaucoup d’engagement pour trop de...

Gouvernance à l’ère de la rupture : Beaucoup d’engagement pour trop de ratés

0
PARTAGER

L’élection du Président Patrice Talon à la tête du Bénin a suscité beaucoup d’espoirs et un grand engouement au sein de la population. Le Peuple béninois a très tôt cru au Nouveau départ et à la Rupture prônés par le nouveau régime de patrice Talon. Une rupture souhaitée par tous pour trancher avec le régime défunt. Et dans cette euphorie le gouvernement du Président Patrice Talon, dès sa mise en place a pris beaucoup d’engagements pour rassurer les Béninois par rapport à leurs attentes. Ainsi, par exemple, à entendre les interventions du ministre de l’énergie lors de sa première sortie pour visiter les installations de la Sbee, l’on est en droit de croire à une autre forme de gouvernance porteuse d’espoir pour les populations. En dehors de la suspension des concours dits frauduleux et des décisions à polémiques prises aux dernières heures du régime Yayi, l’une des décisions prises par le gouvernement Talon et appréciée par tous est la tenue du conseil des ministres tous les mercredis de 9h à 11 heures. Par ailleurs, Le Président de la République, avant même son investiture et dans sa volonté de réduire le train de vie de l’Etat, a promis un gouvernement restreint de 16 membres. Il a également affirmé qu’il ne ferait pas un gouvernement de remerciement. Autant de mesures destinées à corriger certaines pratiques du passé. Mais force est de constater très tôt,  des difficultés dans la mise en œuvre de ces mesures.  Annoncée pour être composé de 16 membres, le gouvernement en compte finalement 21 et à voir les têtes qui s’y trouvent, on est en droit d’y voir beaucoup de remerciement. Le délestage règne toujours en maître, même si entre temps un communiqué a fait état d’une maintenance générale qui serait en cours. Après le tout premier conseil des ministres qui a accouché de plusieurs décisions importantes, on assiste depuis lors aux reports sine die du conseil des ministres. La nomination de Capo Mahugnon à la Dec continue de faire des vagues et les limogeages et autres suspensions ont cours dans les sociétés d’Etat et autres ministères. Le gouvernement de la Rupture devra donc cesser de prendre des décisions en référence  au gouvernement défunt. Patrice Talon et son équipe doivent attaquer les réels problèmes pour ne pas tomber dans les erreurs du passé. Talon ne doit pas confirmer l’opinion selon laquelle les chefs d’Etat dont l’élection a suscité un grand engouement et requis l’assentiment des populations déçoivent toujours.  

 T.A.

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE