Gestion du Bénin à l’ère de la Rupture : La méthode Talon...

Gestion du Bénin à l’ère de la Rupture : La méthode Talon pour un Nouveau départ

0
PARTAGER

Un homme et une thérapie de choc pour un Bénin malade. C’est ce à quoi il faut assimiler le plébiscite du 20 mars dernier, dans les urnes du candidat de la Rupture, Patrice Talon. Avec son avènement au pouvoir dès le 6 avril prochain, c’est l’assurance d’une démarcation dans la gestion des affaires publiques d’avec des questions qui, jusqu’ici étaient au cœur de la politique comme la quête de popularité, le populisme, l’équilibre régional et des pratiques qui ont poussé à des dérives incroyables.
Sinon, quel Béninois qui a encore un minimum de bon sens n’a pas constaté ces dix dernières années qu’au nom de l’équilibre régional et de la politique politicienne, des cancres ont eu droit de cité et des traînards ont été promus ? Mais, aussi longtemps que dure la nuit, le jour finit par arriver. Ce n’est donc pas un hasard que le peuple fatigué par la longue et éprouvante nuit en est arrivé à jeter son dévolu sur Patrice Talon qui prend la compétence comme sa boussole et le support de sa gouvernance.
Les Béninois peuvent, à présent, être fiers de leur combat pour la Rupture. Mais, ils ne doivent pas s’en arrêter là. Car désormais, ils ont l’obligation de prendre un Nouveau départ avec Patrice Talon en l’encourageant à ne pas fléchir quant à sa vision dont le centre de gravité est la compétence. Et pour cela, aucune veille citoyenne ne sera de trop pour qu’à jamais, ce qui était la pratique ces dernières années à savoir la préférence partisane qui primait sur la compétence soit un vieux souvenir.

Le principe de la compétence régnera !
D’ailleurs, Patrice Talon l’a juré la main sur le cœur, et les Béninois vont avoir l’assurance qu’avec lui, c’est seulement à compétence égale qu’on peut avoir une préférence partisane. C’est une bonne option. Mieux que cela, c’est la norme dans les pays qui se respectent et travaillent véritablement à leur développement.
En somme, avec Patrice Talon, ce qui compte, c’est un Bénin où l’intérêt général est mis en avant et les intérêts particuliers mis sous l’éteignoir. Alors, que ceux qui en doutent encore se ravisent. Avec le soutien du peuple, Patrice Talon tiendra à sa logique jusqu’au bout. « Vous m’avez élu, je ne vous connais plus ». C’est dire que l’homme du Nouveau départ a toutes les cartes en main. Il n’a aucune raison de prendre le risque de ne pas être en phase avec les doléances de ces millier de jeunes et de femmes qui, contre vents et marées, l’ont porté à la magistrature suprême. Et si avec Talon, c’est le Bénin d’abord, et que l’individu s’éclipse devant l’intérêt général, on peut sans risque de se tromper affirmer que le Nouveau départ fera des miracles. N’en déplaise donc aux partisans qui déjà jouent des pieds et des mains pour se faire voir, entendre et profiter du système, le principe de la compétence régnera, et ce serait tant mieux pour un Bénin gagnant.
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE