Accueil Politique

Gestion de la Sonapra : Le député Paulin Gbénou interpelle le gouvernement

0
PARTAGER

A travers une question orale avec débat au gouvernement en date du jeudi 15 juin 2017, le député Paulin Gbénou  s’intéresse  à la question du  recrutement à la Société Nationale de Promotion Agricole (SONAPRA). 6 questions ont été adressées au gouvernement notamment le mode opératoire des recrutements opérés à la SONAPRA, le niveau de remboursement  des quatre-vingt-dix-huit millions des avances sur frais médicaux des agents fictifs de la SONAPRA, la  justification claire, preuve à l’appui, des 49 milliards de FCFA gaspillés au titre de la campagne cotonnière  2013-2014 ; les auteurs de la création de comptes de charges fictives révélés dans le rapport général sur les  états financiers  annuels, exercice clos le 31 décembre 2007 ; L’état signalétique du personnel et l’incidence financière du traitement salarial sur le budget de l’entreprise, et enfin  Le ratio production/consommation de la société les dix dernières années….

Lire ci-dessous l’intégralité de ladite  question orale.    

Kola Paqui   

Question orale avec débat au gouvernement

Objet : Gestion mafieuse et peu orthodoxe à la SONAPRA

La gestion de la SONAPRA suscite, ces derniers temps, des réactions diverses qu’on pouvait prévoir.  Les affaires des recrutements fantaisistes, de gabegies, d’irrégularités et d’anomalies financières, de bradage d’intrants, de vols de balles de coton n’avaient pas fini d’être élucidées, quand survient une autre polémique : les licenciements abusifs.

La Représentation Nationale, conformément aux dispositions de l’article 106 du Règlement Intérieur de l’Assemblée   nationale, prie le Gouvernement d’apporter des réponses claires aux préoccupations suivantes. Elle voudrait savoir :

1-    Le mode opératoire des recrutements opérés à la SONAPRA,
 2-    Le niveau de remboursement  des quatre-vingt-dix-huit millions des avances sur frais médicaux des agents fictifs de la SONAPRA,
3-    La justification claire, preuve à l’appui, des 49 milliards de FCFA gaspillés au titre de la campagne cotonnière  2013-2014,
4-    Les auteurs de la création de comptes de charges fictives révélés dans le rapport général sur les  états financiers  annuels, exercice clos le 31 décembre 2007,
5-    L’état signalétique du personnel et l’incidence financière du traitement salarial sur le budget de l’entreprise,
6-    Le ratio production/consommation de la société les dix dernières années.

 Honorable Paulin GBENOU


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here