Gabon : l’opposition appelle à la démission de Ali Bongo.

Gabon : l’opposition appelle à la démission de Ali Bongo.

1
PARTAGER

L’étau se resserre de plus en plus autour du président gabonais Ali Bongo. Ce samedi 23 avril à Libreville,  l’Union sacrée pour la patrie, un regroupement composé des partis de l’opposition, de la société civile et des personnalités sans parti politique a lancé son plan de destitution du président Ali Bongo Ondimba.

Selon ce regroupement, Ali Bongo doit être destitué car il est un fils adoptif d’Omar Bongo, et à ce titre la Constitution ne lui permet pas d’être candidat à une élection présidentielle. « Ali Bongo n’a pas produit un acte de naissance en bonne et due forme. Il est soupçonné de ne pas être gabonais de souche. Or l’article 10 de la Constitution interdit aux personnes ayant acquis la nationalité d’être candidat à l’élection présidentielle » répétait en choeur les principaux membres de ce regroupement. Pour Jean De Dieu Moukagni Iwangou, un des leaders : « Ali Bongo Ondimba est né quelque part. Mais ça ce n’est pas du tout sécurisant pour pouvoir justifier une candidature. Voilà pourquoi nous allons le dégager au nom de la loi ! »

Selon le chronogramme dévoilé par Albert Ondo Ossa, président de l’Union sacrée pour la patrie pour aboutir à leur fin, Ali Bongo a une semaine pour retirer sa candidature à la prochaine élection présidentielle, une autre semaine pour démissionner de la présidence de la République. S’il ne le fait pas, l’Union sacrée saisira l’Assemblée nationale puis le peuple en dernier ressort.

Si le meeting tenu sous une pluie battante à Libreville n’a pas réuni une marée humaine, le message porté par ce regroupement fera surement écho.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE