Fusion prochaine de la gendarmerie et de la police : Talon hanté...

Fusion prochaine de la gendarmerie et de la police : Talon hanté par la criminalité au Bénin

0
PARTAGER

Patrice Talon est manifestement préoccupé par les menaces pesant sur la sécurité intérieure. Ce mercredi, le Conseil des ministres a pris une nouvelle décision devant aboutir à la fusion de la gendarmerie et de la police.

La gendarmerie et la police seront bientôt fusionnées. Le Conseil des ministres de ce mercredi a pris à cet effet une décision. Selon le point fait par le ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence, Pascal Irénée Koupaki dans la soirée d’hier, cette fusion vise la création d’une force unique chargée de la sécurité intérieure. Le Conseil des ministres a créé, pour ce faire, une commission  d’étude qui devra déposer son rapport dans un mois. Cette décision fait suite à une précédente prise le 16 septembre dernier qui a mis la gendarmerie  nationale  à la disposition du ministère de l’Intérieur pour emploi. Si la réforme engagée est conduite à terme, les fonctionnaires de police et ceux de la gendarmerie devront désormais collaborer presque sous les mêmes commandements. Elles deviendront une seule force pour mieux contrer les menaces qui pèsent sur la sécurité intérieure dans un environnement régional de plus en plus incertain. Patrice Talon veut donc révolutionner la gestion des forces de sécurité. Il compte les réorganiser pour les rendre davantage efficaces. Cette réforme annoncée est-elle la meilleure solution? Les hiérarchies des deux forces pourront-elles gérer les contradictions de leurs hommes? Quelle forme de cohabitation pourra-t-elle renforcer les liens des deux forces et les rendre  efficaces dans leurs interventions futures? La commission mise en place par un décret hier devrait donner des réponses vers la fin du mois prochain. Pour le moment, la proposition reste un pavé dans la mare. . Le Chef de l’Etat est, faut-il le souligner, constant dans une logique confessée durant la présidentielle. Lors du débat l’ayant opposé à Lionel Zinsou, il avait en effet manifesté la volonté de réorganiser les forces de défense et de sécurité. Mais aussi, les services de renseignement.

L’armée subira donc des réformes profondes sous la Rupture. Les décisions les plus consensuelles et réalistes devront renforcer le dispositif sécuritaire national. Celles qui se révèleront hasardeuses fragiliseront inévitablement le Bénin désormais menacé par le terrorisme international.

A.S


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE