Fourniture de carburant pour l’alimentation des groupes électrogènes:La Sonacop rejetée

Fourniture de carburant pour l’alimentation des groupes électrogènes:La Sonacop rejetée

0
PARTAGER

La Société nationale de la commercialisation des produits pétroliers (Sonacop) ne va plus fournir du gas-oil au Ministère de l’énergie pour l’alimentation des groupes électrogènes. Les cadres dudit Ministère en ont décidé ainsi hier soir au motif que le prix de commercialisation de cette entreprise d’Etat est trop élevé.

Deux entreprises du privé ont postulé face à la Sonacop pour fournir du gas-oil au ministère de l’énergie. Finalement, c’est Puma, une entreprise étrangère, qui n’a même pas sa base au Bénin qui a été retenue. Les raisons évoquées, d’après nos informations sont qu’elle aurait proposé 350 FCfa le litre contre 375 FCfa par la Sonacop. C’est donc cette société privée qui, entre temps, avait été sélectionnée au détriment de la même Sonacop pour fournir du Jet A1 à l’aéroport de Cotonou qui empochera désormais les nombreux milliards de FCfa de l’Etat béninois.
Mais ce qui est paradoxale dans cette affaire est que la Sonacop est une société d’Etat. Au Bénin, c’est l’Etat à travers le conseil des ministres qui fixe les prix de commercialisation des produits pétroliers. La Sonacop n’a aucun pouvoir d’agir sur la décision du conseil des ministres par rapport aux prix. Comment ce même Etat peut-il juger trop élevé ce même coût au point de priver une société du service public d’un marché au profit d’une société étrangère ? Le ministère de l’énergie relève de l’Etat béninois et les fonds utilisés pour payer le carburant dans les groupes ne viennent d’aucun partenaire étranger. C’est le trésor public qui paie. Voilà qu’on retire à la Sonacop un marché qu’elle exécute depuis longtemps avec succès, au motif qu’elle est trop chère. Cette société Puma à qui l’on vient d’attribuer cet important marché fait partie des firmes internationales qui fournissent du produit à la Sonacop, elle-même. La voilà qui est autorisée à venir concurrencer l’Etat. N’est-il pas normal qu’elle ait la possibilité de proposer un prix bas juste pour gagner le marché ?

Les cadres veulent induire le ministre
Houssou en erreur

Ces cadres ne sont apparemment pas prêts à prendre le Nouveau Départ. Ils savent bien ce qu’ils font. Leur stratégie est d’induire le ministre en erreur et profiter pour bien bouffer. En réalité, ils n’ont jamais été pour le fait que ce soit la Sonacop qui fournisse du carburant au ministère pour alimenter les groupes. La raison est qu’ils ne gagnent rien en retour. Mais en allant vers un privé qui ne s’y attendait pas, ils ont d’office des facilités sans que le ministre ne soit au fait de leur copinage avec cette société. C’est une habitude dans l’administration. Quand un nouveau Ministre vient, on fait semblant de lui faire les meilleures propositions, sachant qu’on ne vise rien d’autre que des intérêts personnels. Dans ce dossier, c’est l’Etat béninois qui est en difficulté et le Ministre Houssou n’a qu’à reprendre cette affaire en main. Il doit poser la question de savoir pourquoi c’est la Société d’Etat qui avait le marché et non le privé. Il n’a qu’à chercher à savoir ce qu’on perd en laissant ce monopole au privé et ce qu’on gagnerait à le laisser au service public. L’Etat est l’actionnaire unique de la Sonacop.

La mort confirmée
de la Sonacop

Cette société d’Etat ne vit que des marchés de l’Etat. Tout le monde reconnait que la douane béninoise est incapable de contrôler les frontières béninoises et l’essence frelatée entre dans le pays comme si c’était une norme. Et donc, la Sonacop, si elle continue de tourner à ce jour sans arriérés de salaire, c’est à cause de la vente de tickets-valeurs et la fourniture de gaz oil pour l’alimentation des groupes électrogènes de la Sbee. Mais depuis un moment, on lui a arraché les 50% du marché de l’Etat au profit des privés qui vendent désormais des tickets-valeurs à l’administration publique. Puma a également été préférée à l’aéroport pour fournir le Jet A1 au profit des avions. Si la volonté des cadres du ministère de l’énergie venait à être faite comme nous l’avons appris hier, c’est qu’il ne reste plus rien pour cette société qui a pourtant besoin d’un coup de pouce de l’Etat pour se relever.

Félicien Fangnon

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE