Formation du 1er gouvernement de Patrice Talon:Tout sur les 21 ministres

Formation du 1er gouvernement de Patrice Talon:Tout sur les 21 ministres

4
PARTAGER

La très attendue liste des membres du premier gouvernement du président Patrice Talon a été rendue publique hier en début de soirée, soit quelques heures après son investiture. Composée de 21 ministres, l’équipe gouvernementale, repose essentiellement sur des compétences avérées avec à la clef des attributions claires.

Patrice Talon : Président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement

Né le 1er mai 1958 d’un père Cheminot natif de Ouidah et d’une mère issue de la famille Guèdègbé d’Abomey, Patrice Talon, de son union avec une femme native de Porto-Novo (Claudine Gbénagnon) est sortie 2 enfants. Passionné d’aviation depuis son enfance, son rêve de devenir pilote de ligne n’a pu se réaliser. Le destin en a décidé autrement pour lui. Après son Baccalauréat série C obtenu à Dakar, la capitale sé-négalaise, Patrice Talon entre à la Faculté des sciences de l’université de cette ville. En 2ème année de Maths- Physique, il réussit au concours de pilote de ligne d’Air Afrique et envoyé en France pour la visite médicale et les textes d’aptitude requis pour cette formation. Recalé pour aptitude moteur et n’ayant pu intégrer la formation des pilotes de ligne de l’Ecole nationale d’aviation civile (Enac), le jeune Patrice Talon est contraint d’abandonner son rêve et s’installe alors à Paris. Par des heureux concours de circonstance, il entre en 1983 dans l’activité de Négoce des emballages et des intrants agricoles. Il crée en 1985 au Bénin la Société de distribution inter continentale des intrants (Sdi) que l’on ne présente plus. Le jeune et fringant homme d’affaires, très tôt redoutable, fit fortune en un temps record sous l’ère du régime Kérékou. Humble et intelligent dans les affaires, il est très actif dans l’environnement politique. Aujourd’hui, le destin qui n’a pas épousé son rêve de devenir pilote de ligne le propulse sur la scène politique pour jouer les premiers rôles. Il succède à Yayi Boni pour conduire les destinées du Bénin.

Ministre d’Etat Secrétaire Général de la présidence de la République : Pascal Irenée Koupaki

Malgré les sept années passées dans les gouvernements successifs de Boni Yayi en tant que numéro deux, Pascal Irénée Koupaki continue de jouir auprès de l’opinion d’une solide réputation d’homme de résultats et de rigueur. A presque 65 ans (le 18 mai prochain), cet économiste est financier de formation a, par le passé, été Directeur adjoint de cabinet du Premier ministre en Côte-d’Ivoire à partir de 1990 avant d’être nommé Directeur de cabinet du Premier ministre Adrien Houngbédji au Bénin, en 1996. Entré en politique après 2013, le chantre de la « Nouvelle conscience » finit 5ème lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2016, et rallie ensuite le navire Talon.

Ministre d’Etat chargé du plan et du développement : Abdoulaye Bio Tchané

Abdoulaye Bio Tchané est né le 25 octobre 1952 à Djougou. Après avoir décroché un baccalauréat série C au lycée Béhanzin de Porto Novo en 1972, il poursuit une Maîtrise en sciences économiques en à l’Université de Dijon. Il effectue ensuite son service militaire tout en se consacrant à la préparation du concours d’entrée à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao). Après sa réussite à la première place de ce concours, il fit partie de la toute première promotion du Centre ouest-africain de formation et d’études bancaires (Cofeb). Il finit major de sa promotion et obtient un Diplôme d’études supérieures (Des) Bancaires en 1979. En mai 1998, il est nommé ministre de l’Economie et des finances de Mathieu Kérékou. Plus tard, il a occupé les fonctions de directeur Afrique du Fmi et président de la Banque ouest-africaine de développement (Boad). Il préside aujourd’hui un cabinet de consulting (Aci) et le Fonds africain de garantie (Afg) créé par la Banque africaine de développement (Bad).

Ministre des affaires étrangères et de la coopération : Aurélien Agbénonci

Aurelien Agbénonci est le Représentant spécial adjoint de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca). Il a également exercé les fonctions de représentant du Programme des Nations Unies pour le développement et Coordonnateur résident des agences du système des Nations Unies. Spécialiste des questions de conflit, de développement et de gouvernance, il a travaillé en tant que Coordonnateur résident des Nations Unies et Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement au Rwanda de 2008 à 2011 et en République du Congo de 2003 à 2008. Il est Titulaire d’un DESS (Diplôme d’études supérieures spécialisées) en droit du commerce international de l’Université de Paris X Nanterre (France) et en sciences du développement institutionnel, de la gouvernance et de l’environnement de l’Université de Dakar (Sénégal). Né en 1958, le nouveau Ministre des affaires étrangères est marié et père de deux enfants.

Garde des sceaux, ministre de la justice et de la législation : Joseph Djogbénou
Né le 20 mars 1969 à Abomey (République du Bénin), le nouveau Garde des sceaux est agrégé des Facultés de droit, droit privé et sciences criminelles, de l’Université d’Abomey- Calavi (Uac). Il est directeur du Centre de recherche et d’étude en droit et institutions judiciaires en Afrique (Credij). Il est avocat au Barreau du Bénin, ancienne personnalité de premier plan de la société civile béninoise, et actuellement membre du parti politique Alternative citoyenne dont il est Président d’honneur. Candidat aux dernières élections législatives, il est élu député de la 7ème législature à l’Assemblée nationale du Bénin et est le président de la Commission des lois.

Ministre de l’économie et des finances :Romuald Wadagni

Le nouvel argentier est né le 20 juin 1976 au Bénin. Romuald Wadagni est l’associé de la firme Deloitte France-Dg Deloitte en Rdc. Bénino-français, il est diplômé de Harvard Business School (Usa), et de l’Ecole supérieure des affaires de Grenoble (France). Il est expert comptable diplômé en France et aux Etats- Unis. Romuald Wadagni, c’est plus de 17 ans d’expertise au sein des firmes française (Paris, Lyon) américaine (Boston, New York) et africaine (Rdc) de Deloitte. Depuis 2007, il occupe les responsabilités de Directeur de la qualité et des risques pour l’ensemble des filiales de Deloitte en Afrique francophone. A ce titre, il intervient aux côtés des grands groupes français et européens qui investissent en Afrique.

Ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique : Sacca Lafia

Sacca Lafia est médecin vétérinaire et ancien cadre du Centre d’action régionale
pour le développement rural de l’Atacora (Carder Atacora). Originaire de la Commune de Pèrèrè dans le Borgou, Sacca Lafia est président de l’Union pour la démocratie et la solidarité nationale (Uds). Depuis la deuxième législature, il a toujours renouvelé son mandat de député à l’Assemblée nationale. Sous la 6ème législature, le député Sacca Lafia a été désigné par ses collègues pour siéger au Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée. Ses pairs l’élisent président de cette institution. Mais avant cette expérience, Sacca Lafia a été ministre de l’énergie, des mines et de l’eau sous le président Yayi Boni.

Ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche : Delphin Oloranto Kouzandé

Le docteur Delphin Kouzande devrait sesentir chez lui. Il étudie la chimie, biologie et la géologie cinq après la création de l’ex université nationale du Bénin avant de faire des études de médecine vétérinaire à Dakar, au Sénégal. Cet ancien chercheur à l’Institut national des recherches agricoles du Bénin était avant sa nomination, coordonnateur de Agrifam-Bénin (Agriculture familiale et sécurité
alimentaire).

Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale : Barnabé Dassigli

Ancien préfet de l’Atlantique- Littoral, Barnabé Dassigli, est originaire de la Commune de Zè. Il est le président de l’Alliance pour la démocratie et le éveloppement (And) suite à la décision n°1830/Mispc/Dc/Sgm/ Dgai/ Dtlp/Saap/Sa du 27 novembre 2015 rendue par le ministre de l’Intérieur d’alors, Placide Azandé, conformément aux dispositions de l’article 25 de la loi n°2001-21 du 21 février 2003 portant charte des partis politiques. Marié, il est père de plusieurs enfants.

Ministre du travail, de la fonction publiqueet des affaires sociales : Adidjatou Mathys

Première femme Directrice générale du Trésor et ministre de l’Economie et des finances au Bénin, Mathys Alayi Adidjatou revient aux affaires quatre ans après son départ du gouvernement. Dotée d’un sens pointu de la répartie et d’une bonne dose d’humour, elle n’en demeure pas moins une femme de rigueur. Présidente du Front uni pour la rénovation de la démocratie (Furd), elle a été l’une des femmes les plus influentes dans le staff de campagne de Patrice Talon. Agée de 59 ans, Adidjatou Mathys est mariée et mère de plusieurs enfants.


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. felicitation a tous les membres du nouveau gouvernement particulierement au combatant des premieres heures, le combatants des causes justes, cher ami djogbenou.

  2. Félicitation à tous les nouveaux ministres et surtout n’oubliez pas votre objectif final qui doit être papable mesurable et observable. Que le SEIGNEUR vous guide

LAISSER UN COMMENTAIRE