Faits, propos attribués à Yayi dans le nord: le gouvernement incapable de...

Faits, propos attribués à Yayi dans le nord: le gouvernement incapable de sortir les preuves de ses allégations

2
PARTAGER

Depuis quelques jours, une polémique inutile s’est emparée du damier politique jetant aux oubliettes, les vrais problèmes auxquels est confronté le Béninois lambda. Le gouvernement de Patrice Talon sans apporter les preuves fait des allégations graves à l’encontre de Boni Yayi…

« Je suis toujours là. Je suis toujours le maître du Bénin. L’autre est président du Sud. Moi, je suis président d’ici. Son pouvoir ne vient pas jusqu’ici. De toutes les façons, continuez les prières. Rien ne vous arrivera…Les pèlerins devaient partir d’ici. Mais, c’est Talon qui ne veut pas…Mais qu’il le veuille ou non, cet aéroport s’appellera l’aéroport international Yayi Boni de Tourou. Dans cinq ans, je reprendrai ma place. Soyez prêts… ». Ce sont là quelques Propos dangereux qu’on colle à l’ancien président Boni Yayi qui serait descendu en compagnie du maire de Parakou Karim Adam Souradjou sur le site de l’aéroport international de Parakou. Ces affirmations graves dans les médias conventionnels et sociaux ont fait sortir le gouvernement de la Rupture en occurrence le ministre en charge des transports et des équipements Hervé Hêhomey qui s’est déplacé à Parakou. Après un tête à tête avec les autorités politico administratives de la ville, il s’est rendu à Tourou sur le site de l’aéroport pour une déclaration très peu courtoise à l’encontre de l’ancien Chef de l’Etat. En somme le ministre a demandé de dire à Boni Yayi qu’il serait « traité comme un vil indivudu s’il mettait à nouveau pied sur ce site non encore ouvert au public, on lui appliquerait les lois de la République… »
Cette déclaration qui choque la susceptibilité de plus d’un Béninois est faite sans que le gouvernement ne puisse exhiber la moindre preuve de la présence de Boni Yayi sur le site et de la tenue des propos graves qu’on lui colle. Depuis que la polémique à commencer, pas même un élément sonore des propos qu’on allègue à Boni Yayi, même pas une photo. Et pourtant, le gouvernement de Patrice Talon sait que c’est à celui qui accuse que revient la charge d’apporter les preuves en matière judiciaire. Mieux par un communiqué, la mairie de Parakou dément une telle descente de l’édile de la ville aux côtés de l’ancien président sur le site.
Plus même si Boni Yayi était réellement allé sur le site, le Président Patrice Talon devrait réclamer la démission du ministre Hêhomey qui aurait prouver son incompétence à mieux surveiller ce site non encore ouvert au public. Car Boni Yayi n’aurait pas brusqué la ceinture de sécurité en place pour accéder sur les lieux.
Quant aux propos qu’on colle à Boni Yayi, ils relèvent de la pure imagination. Puisqu’un ancien président qui a fait dix de pouvoir ne saurait avancer de tels propos dignes d’un individu qui méconnait la constitution. L’ancien Chef de l’Etat a toujours clamé haut et fort qu’on ne reverrait plus son nom sur une liste électorale.
De ce qui précède, on conclut qu’il s’agit d’une distraction du peuple par le régime en place afin de mieux opérer dans l’opacité.

Manfoya HOUNGUE

aCotonou

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. , WT|£ q [email protected] des Wessex

LAISSER UN COMMENTAIRE