Extraits des déclarations du président sortant et des présidentiables

Extraits des déclarations du président sortant et des présidentiables

0
PARTAGER

Boni Yayi : « Je vous laisse l’unité nationale. J’ai fait ce que j’ai pu… »

« A moi de vous exprimer au nom de la République, toute notre gratitude…Vous me permettez de remercier les observateurs internationaux, régionaux, continentaux qui ont su braver leur agenda, on ne peut plus chargé, pour rehausser de leur présence, ce grand rendez-vous démocratique qui se déroule dans notre pays. Chers compatriotes, mes impressions sont bonnes pour la simple raison qu’avec mon départ, notre démocratie fait un pas de plus après les deux quinquennats conformément à nos dispositions constitutionnelles. Avec ce départ et celui du Général Mathieu Kérékou, notre démocratie fait un pas de plus. Je vous laisse l’unité nationale. J’ai fait ce que j’ai pu. Je rends grâce à Dieu avec vous et mon amour est grand pour vous tous. Que Dieu vous bénisse ! Chers compatriotes appelés à faire évoluer notre processus, je fais allusion au bureau de la Cena, leur responsabilité est lourde ; pas de complicité avec les candidats indélicats, habitués à un manque d’éthique et de morale. Ceux qui font circuler les bulletins pré estampillés ou qui manipulent nos concitoyens à entretenir le faux et à ne pas respecter la volonté de ce peuple à travers les mécanismes que nous connaissons déjà c’est-à-dire les cellulaires pour montrer leur vote pour aller prendre de l’argent ailleurs chez leur commanditaire. Je vous supplie, tout cela ne fait que nous tirer vers le bas, notre démocratie et notre pays et nos techniques. Respectons la volonté de ce peuple. Mes chers compatriotes, pour moi l’avenir est radieux. Je vous fais confiance à vous les membres du bureau, les représentants des candidats sans oublier les candidats eux-mêmes, faites preuve d’éthique et de morale. Il s’agit de diriger notre pays à qui nous voulons donner une certaine image internationale, après avoir nous-mêmes la satisfaction d’avoir fait avancer cette démocratie, pour que chacun puisse prendre le chemin de la paix, de la stabilité et de la prospérité. Chers compatriotes, voilà ce que je tiens à laisser comme message…Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi ».
Le Maire Léhady V. Soglo : « Que le meilleur gagne pour que le Bénin gagne »
“En allant voter ce jour, je voudrais d’abord remercier Dieu le miséricordieux parce que le scrutin se déroule dans le calme et la sérénité, féliciter nos compatriotes parce qu’ils sont sortis massivement pour aller voter et souhaiter que le meilleur gagne. Ce faisant, c’est le Bénin qui gagne. Toutefois, il y a eu quelques ratés. On nous a dit que dans certains bureaux de vote à Cotonou, ça a démarré un peu plus tard que prévu. On a eu quelques difficultés au niveau des mandats qui avaient été délivrés à nos représentants. Je pense que les choses sont rentrées dans l’ordre. Il faut se féliciter de ce que le scrutin s’est déroulé dans le calme et la sérénité. Une fois de plus, nos compatriotes ont d’abord étonné le Bénin, ensuite l’Afrique et enfin le monde de par leur sérénité et leur calme. Cela prouve que le processus démocratique s’enracine dans notre pays et comme je le disais, il faut souhaiter que le meilleur gagne pour que notre pays gagne.”

Lionel Zinsou : « Le peuple veut la paix au plus haut point et veut que son avis compte »

Je suis frappé par la ferveur de nos populations pour la démocratie, le bon fonctionnement des institutions, un désir de transparence et de paix dans ces élections. Par ailleurs, quant aux programmes des différents candidats, il y a de très grandes espérances et de très grandes attentes. J’espère que ces attentes ne seront pas déçues. Je pense que c’est une fierté, et il faut que ça le reste jusqu’au bout du scrutin et du processus électoral. J’ai voté en toute sérénité, en me disant quand même que nous sommes un pays africain bénéficiant d’une vraie grâce en matière d’expérience politique et démocratique. Le peuple veut la paix au plus haut point et veut que son avis compte dans la façon dont le pays sera gouverné dans les années qui viennent… ».

Patrice Talon : « C’est un jour important pour nous puisque tout le monde a craint que nous ne parvenions, et nous y sommes »

« Ça se passe plutôt bien au regard de ce que j’ai vu à la télévision. Je note qu’il y a de l’enthousiasme et que tout le monde a envie de s’exprimer. Ça nous honore. C’est un jour important pour nous puisque tout le monde a craint que nous ne parvenions, et nous y sommes. Je suis certain que la plupart des Béninois vont exprimer leur vote. Je les invite à le faire. Tout est sécurisé. Je les invite à y aller. Le président Boni Yayi ne peut nous laisser le Bénin. Il reste Béninois et restera un acteur de la vie politique. Il laissera peut-être le pouvoir, l’Exécutif, mais j’espère qu’il jouera bien son rôle. C’est un ancien président, ses conseils seront utiles pour son successeur. Qui ne souhaiterait pas rencontrer le président Boni Yayi ? Je suis un Béninois. Il a conduit le pays pendant dix ans et il a fait ce qu’il a pu, même si ce n’est pas à la satisfaction de tout le monde… »

Abdoulaye Bio Tchané : « les Béninois ont participé à cette campagne de manière très citoyenne »

« A la fin de ces quinze jours de campagne électorale, il faut féliciter tous les Béninois qui ont participé à cette campagne de manière très citoyenne, civilisée et de manière non violente. Il faut se féliciter de cela en ce moment précis… »
Sébastien Ajavon : « Je demande au peuple de choisir le meilleur dans la paix »
« C’est aujourd’hui que les Béninois doivent décider de leur sort. Comme on l’avait dit, les gens sont en train de veiller au grain. Je demande au peuple de choisir le meilleur dans la paix, la transparence, et que Dieu veille sur le Bénin ».

Emmanuel Tiando : « Je constate que sur l’ensemble du territoire national, mes compatriotes accomplissent leur devoir civique dans le calme… »

C’est un sentiment de fierté parce que je viens d’accomplir mon devoir civique. Il s’agit de faire en sorte que notre démocratie puisse toujours être debout, et chaque citoyen a le devoir de contribuer à l’enracinement de notre démocratie. Je constate que sur l’ensemble du territoire national, mes compatriotes accomplissent leur devoir civique dans le calme. C’est ce qui est important et je pense que nous devons démontrer que le Bénin est toujours un pays de paix, de fraternité, et où chacun sait ce qu’il doit faire pour que le pays ne se retrouve pas dans des situations difficiles. Il y a un certain nombre de difficultés, c’est par exemple l’utilisation de l’encre indélébile. Il faut secouer la boîte de l’encre pour pouvoir maintenir la qualité de l’encre indélébile. Nous avons déjà donné des instructions à cet effet. Nous avons aussi des coordonnateurs d’arrondissements ou des membres des postes de vote qui n’acceptent pas les cartes d’accès aux postes de vote. Nous avons donné des instructions à cet effet à tous les coordonnateurs pour qu’ils donnent accès aux différents représentants des candidats. En dehors de ça, je ne note pas des difficultés majeures qui m’aient été signalées. A partir du moment où nous avons autorisé que les anciennes et les nouvelles cartes soient utilisées, nous avons également demandé qu’il soit permis aux nouveaux majeurs de voter sur la présentation de leur pièce d’identité dans tous les départements… ».

Adrien Houngbédji, Président de l’Assemblée Nationale « J’espère que les élections se termineront dans de bonnes conditions et les résultats seront proclamés également dans de bonnes conditions »

« …C’est la dimension de paix, de sérénité, qui fait que notre pays est regardé dans le monde entier comme un modèle de démocratie. Je voudrais dire tout particulièrement aux électeurs que, ce qu’ils ont fait pendant cette campagne, solidifie la tradition démocratique de notre pays que nous devons tous avoir à cœur, et poursuivre cette tradition et l’améliorer lors des prochaines échéances. Je n’ai connaissance d’aucun incident important pendant la campagne électorale. De même, depuis l’ouverture du scrutin, je n’ai eu connaissance d’aucun incident important et je voudrais une fois encore féliciter le corps électoral, féliciter les organisateurs à divers niveaux, et j’espère que les élections se termineront dans de bonnes conditions et les résultats seront proclamés également dans de bonnes conditions, et que le meilleur gagne… »

Karim Urbain da-Silva, Président des sages de la ville de Porto-Novo : « La politique, elle est faite d’intérêts et d’intrigues. Beaucoup plus d’intrigues que d’intérêts »
« …Mes impressions, je les ai fait comprendre tout à l’heure. A Porto-Novo, tous, on a compris qu’il faut voter ensemble. On a voté ensemble et jamais, nous n’allons encore nous diviser. Ce sont les sentiments qui m’animent. On ne peut pas vouloir d’une chose et de son contraire. Ça fait 25 ans qu’on vous a tous monté contre moi. 25 ans ! Mais Dieu merci, parce qu’il n’est jamais trop tard pour mieux faire. Ce qu’on aurait pu faire si on était des blancs, c’est d’aller me voir, pour me dire papa on va boire du champagne aujourd’hui. Mais on ne va pas s’en vouloir pour ça non plus (…) Le vote, c’est quelque chose de secret. La politique, elle est faite d’intérêts et d’intrigues. Beaucoup plus d’intrigues que d’intérêts. Je demande à tout un chacun de respecter la conscience de l’autre. On ne se bat pas pour la politique. Mon souhait, il faut d’abord que je vous le dise. Pas d’invectives, ni de propos injurieux à l’endroit de ceux qui ne font pas ce que vous faites. C’est Dieu qui choisit le président. Et nous demandons que Dieu choisisse le nôtre. Mais, quel que soit celui que Dieu aura choisi, nous avons le devoir d’en faire nôtre, pour qu’il puisse être libre et travailler pour le pays. Nous, nous sommes partants et nous souhaitons que votre tour soit mieux que le nôtre. Je le dis avec beaucoup d’émotion. Nous souhaitons que vous puissiez réussir là où nous avons échoué… »

Emmanuel Zossou, maire de Porto-Novo : « Nous devons rendre grâce à Dieu et remercier les uns et les autres pour leur sens de civisme »

« Mes impressions sont très bonnes, vu l’ambiance qui a prévalu dans la ville depuis deux semaines. Les choses se sont très bien passées. Les partis se sont croisés sur le terrain, il n’y a pas eu d’incidents. Même le vendredi dernier, le jour où il y a eu beaucoup de caravanes à Porto-Novo, j’avais beaucoup craint qu’il y ait de débordements. J’ai mobilisé la police, les sapeurs-pompiers, mais Dieu merci, rien ne s’est passé. Nous devons rendre grâce à Dieu et remercier les uns et les autres pour leur sens de civisme, pour leur patience et leur sens de démocratie. Voilà les sentiments qui m’animent en ce moment. A Porto-Novo, sur les 153.000 cartes d’électeurs, il n’y a que 20.000 qui n’ont pas été distribuées. C’est peut-être des gens qui se sont fait enrôler ici et qui ne sont plus à Porto-Novo. Ce qui est important, c’est que la majorité absolue a eu sa carte et que ça se déroule très bien. J’appelle la population au sens de civisme comme elle l’a prouvé, et que à la fin du scrutin, que les vaincus acceptent les vainqueurs. Que ceux qui vont perdre acceptent les résultats des urnes pour que notre démocratie continue, et qu’on reste toujours en famille pour développer ce pays… »
La rédaction

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE