Etat des lieux des régimes du Changement et de la Refondation:Quels enquêteurs...

Etat des lieux des régimes du Changement et de la Refondation:Quels enquêteurs pour fouiller la gestion du régime Yayi ?

0
PARTAGER

Le premier Conseil des ministres du régime de la Rupture a annoncé les couleurs. Entre autres décisions prises, figure la réalisation des audits dans les structures étatiques en vue de faire l’état des lieux. Cette inspection de la gestion de Yayi Boni doit être confiée à des organismes crédibles.

Patrice Talon doit confier l’inspection de la gestion de Yayi Boni à des auditeurs crédibles. Il s’agit des structures qualifiées en la matière dont la réputation et la renommée sont reconnues comme telles. En dehors du cabinet Kröl dont les services ont été sollicités dans le cadre du sulfureux et scandaleux dossier du Ppea II, le régime du président Talon devra faire appel à des auditeurs dont les compétences et la crédibilité sont internationalement établies. Dans de pareilles situations, les Etats, pour réfuter, en amont, des critiques, se confient aux institutions spécialisées de la Banque mondiale ou du Fonds monétaire international (Fmi). Les résultats auxquels aboutissent ces organismes convainquent même les auteurs de prévarications. L’état de grâce au profit d’un nouveau régime étant de courte durée, il est pressant que le régime de la Rupture accélère l’organisation des audits dans tous les secteurs de la vie nationale. Ce qui est déjà réjouissant, c’est qu’à une de ses innombrables sorties médiatiques, alors qu’il était encore en exercice, le président Yayi Boni avait déclaré ce qui suit : « Que les gouvernants soient jugés de par leurs actes. Je l’ai demandé. Et je suis prêt à tout moment, lorsque mon immunité présidentielle aura été levée. Je suis prêt à répondre à tout. Les actes que j’ai posés, je ne les ai pas du tout regrettés. » Si le gouvernement du président Patrice Talon ne tire pas les choses au clair, il ne devra s’en prendre à personne. In fine, les personnes épinglées devront faire face à la justice et celles qui auraient été blanchies pourraient se mettre fièrement à la disposition de l’administration publique pour poursuivre aisément leur carrière. Les audits en question donneront le top d’un réel nouveau départ au sein des services publics gangrénés par la corruption à haute échelle. Si éventuellement le gouvernement traine les pas, il se peut qu’il tombe dans les travers de Yayi Boni qui n’a fait qu’entretenir, durant 10 ans, des effets d’annonce.

Jean-Claude Kouagou

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE