Entretien Volley-Ball : ‘’ Dans la sous-région, ça ne va du tout...

Entretien Volley-Ball : ‘’ Dans la sous-région, ça ne va du tout pas, car les dirigeants ne veulent pas investir… ’’ dixit Félix Atsu

0
PARTAGER

Félix  Atsu est un joueur de volley-ball d’origine togolaise, dont le poste de prédilection est la position centrale. Dans cet entretien, le sociétaire du club Dynamique Volley-ball club d’Adjidogomè, nous parle de ce que représente pour lui  le Volley-ball, de ses heures de gloire et donne son appréciation du niveau de la discipline dans la Zone 3, le géant de  »2,2 mètre » a profité pour jeter un pavé dans la mare de certains dirigeants sur le continent.

Que représente pour vous le volley- ball ?

Le volley-ball est pour moi  une passion …

 Quels ont été vos plus grands souvenirs dans le volley- ball ?

Mon  plus grand souvenir est que j’avais  joué une finale en 2011 contre Etoile Filante de Lomé, c’était le championnat junior ; on a commencé le match à 16h30  et a fini  à 20h30 .Ils  nous ont gagné car ils ont porté réserve  contre moi, j’ai  joué 3 sets, lors du  4ème set, ils ont  dit que je n’ai plus  le droit de jouer. En définitive ils nous ont gagné 3 contre 2 .L’autre souvenir est que j’ai été choisi par l’équipe nationale junior de mon pays en 2012 pour Ecowas Games et là aussi, j’ai raté la troisième place contre le Bénin.

Votre appréciation sur le niveau du volley ball dans la zone 3 et dans toute l’Afrique de l’ouest ?

‘’Dans la sous-région, ça ne va du tout pas car les dirigeants ne veulent pas investir ’’, ils sont là à piller les maigres ressources de nos fédérations et les primes  des pauvres athlètes que nous sommes. Alors que dans les pays maghrébins, c’est tout le contraire, là, on investit beaucoup dans le volley-ball car on y croit et vous savez bien que les résultats suivent car les volleyeurs sont motivés et déterminés ce qui est normal d’ailleurs.

Quel appel avez-vous à lancer  à l’endroit des   dirigeants des différentes fédérations africaines ?

Mon appel serait de leur dire que de nos jours, le sport est devenu une industrie qui a besoin d’un grand financement pour rendre les résultats. Nos différentes fédérations africaines et surtout de la zone 3 manquent énormément de moyens pour tourner. Alors que nos dirigeants pensent beaucoup plus à nous, les véritables acteurs du volley-ball. Sans un vrai investissement dans le volley-ball je pense qu’il n’y aura jamais de résultats convaincants. Levons –nous pour le développement du volley-ball Africain. Merci (JEAN-PAUL HEMANKPAN)

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE