Enseignement supérieur : le gouvernement réduit le nombre d'universités publiques à quatre

Enseignement supérieur : le gouvernement réduit le nombre d'universités publiques à quatre

3
PARTAGER

 

C'est l'une des décisions du conseil des ministres de ce mercredi 27 juillet 2016. La carte universitaire nationale a été réorganisée pour ramener à quatre le nombre d'universités publiques. A en croire le ministre d'Etat secrétaire général de la présidence, la décision vise à mettre fin à la "régionalisation de l'enseignement supérieur" mais aussi pour améliorer la qualité de l'enseignement supérieur.

"Le conseil [des ministres] a décidé de mettre fin à la régionalisation de l'enseignement supérieur et exprime par la même occasion la ferme volonté d'améliorer les conditions de travail des enseignants et des étudiants, de renforcer toutes les infrastructures", a expliqué Pascal Irené Koupaki lors de son point de presse hebdomadaire après la réunion des membres du gouvernement.

Deux universités pluri-thématiques et deux thématiques

Pascal Irené Koupaki a annoncé que les 22 centres universitaires que compte le pays vont être réorganisés et regroupés autour de quatre grandes universités. Deux d'entre elles seront des universités pluri-thématiques à savoir l'université d'Abomey-Calavi et celle de Parakou. Les deux autres universités seront thématiques. L'université d'Abomey sera ainsi consacré aux sciences et aux technologies ingénieries et mathématiques. Celle de Porto-Novo va être consacrée à l'agriculture.

Ces dernières années, le Bénin avait connu une politique de multiplication des universités publiques. Jusqu'au conseil des ministres de ce 27 juillet, le pays comptait sept universités publiques à savoir l'Université d'Abomey-Calavi, l'université de Parakou, l'université d'agriculture de Kétou, l'université polytechnique d'Abomey, l'université de Lokossa, l'université de Porto-Novo et l'Université des Sciences, Arts et Techniques de Natitingou.

Maurice Thantan


ORTB

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. Pourquoi fermer les autres si cest important pour le pays es que les matieres qui y sont dispenses ont ete inventer. Je pense a mon avis que le gouvernement doit bien reflechir a sa car plus vous fermez plus vous reduisez lemploi

  2. c’est le souci de se ranger au principe nouveau départ. évidemment on doit tout en croyant le bien m’attendre a son équivalent le mal
    le changement a du voir une malaise en effectifs sans voir le bien que le new départ c’était entrain de viser sans occulter . tout en restant figée sur une position reconnaissons que nous ne pouvons envisager ma vie à 360° donc qu’on arrête la yayi phobie et aujourd’hui la phobie nouveau départ qui pourrait accroître les dommage de décision prise à la hâte en ligne horizontale à 90°

LAISSER UN COMMENTAIRE