En campagne électorale à Cotonou: Lionel Zinsou hué à Dantokpa

En campagne électorale à Cotonou: Lionel Zinsou hué à Dantokpa

0
PARTAGER

Tenant son premier meeting, hier mardi 23 février, à Dantokpa dans le 5ème arrondissement de Cotonou, Lionel Zinsou a d’abord été accueilli par des cris de désapprobation des femmes de ce grand marché. Les agents de sécurité ont pesé de tout leur poids avant que les esprits ne se calment après de longues minutes.
Les organisateurs du meeting ont mis les petits plats dans les grands pour permettre au candidat Lionel Zinsou de faire passer son message au marché Dantokpa.

La logistique était en place et le lieu du meeting parfaitement orné des affiches du 1er ministre, dauphin de Yayi Boni. Mais les choses ne vont pas bien se passer. Très tôt, certaines personnes se sont montrées hostiles à ce Béninois de la diaspora en campagne pour briguer la magistrature suprême. Impeccablement vêtu, soigneusement gardé, souriant à tout, Lionel Zinsou était arrivé au mauvais moment et au mauvais endroit. Il n’a rencontré aucun obstacle sur le trajet menant jusqu’au lieu de la manifestation. Mais là, l’attendaient des femmes, qui, dès son apparition, ont commencé par le huer. Elles ont poussé des cris de désapprobation pour dire « non » à ce qu’elles désignent « yovo », c’est-à-dire le « Blanc ». Elles ont tenté de l’empêcher de tenir son meeting. On lui a même demandé d’aller faire son meeting ailleurs. D’autres affirment qu’il faut le chasser. Les protestataires s’attendaient à voir le candidat renoncer au rendez-vous, mais ce dernier est resté de marbre. Les agents de sécurité s’y sont mêlés pour dissuader ces femmes qui, fâchées contre le chef de l’Etat, ont trouvé l’occasion de retourner leur colère contre son dauphin. Lionel Zinsou a fini par tenir sa manifestation sans trop se prononcer sur cet incident qui n’est pas le premier exemple depuis que le candidat descend sur le terrain pour rencontrer la population. Son premier revers retentissant a été enregistré sur le campus d’Abomey-Calavi. Tout porte à croire que ces incidents deviennent contagieux et se rejaillissent sur le candidat à qui beaucoup reprochent la couleur de sa peau, de même qu’on accuse d’être l’émissaire de la France pour donner un élan à la politique de la Françafrique. Quelques soient ses qualités, on lui reproche surtout ses positions profrançaises, camouflées dans des penchants pro-européens, mais aussi d’être le candidat de la continuité d’une gouvernance chaotique de Yayi Boni. Les réactions de rejet tiennent en effet pour tout cela.

FN

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE