Election d’un nouveau président de la République:1990, nouvelle version

Election d’un nouveau président de la République:1990, nouvelle version

0
PARTAGER

Il n’en veut plus de Yayi Boni et de ses affidés. Le peuple béninois a été dans l’absolu catégorique. Le prince de Tchaourou et sa troupe ont compris qu’ils doivent désormais passer à autre chose. Mais au fond, ce peuple qui a tellement rêvé de justice et de développement peut-il enfin respirer ?

Le Bénin, petit pays de l’Afrique, sait dire « non » quand il ne veut plus. On n’en voudra pas à Yayi d’avoir essayé. Il a tout fait. Ce peuple l’a envoyé balader. Il ne veut plus de son système et a craché sur son dauphin. Au fond, les Béninois ne détestent pas si tant Lionel Zinsou. Il répugne Yayi et son système et l’ont démontré par deux fois. On dira d’ici quelques jours au revoi à Yayi et bienvenue à Talon. Ce geste, le peuple béninois l’a fait, il y a 10 ans précisément quand il a été excédé des déboires d’un Mathieu Kérékou pratiquement sclérosé. Ce même geste, ce peuple l’a fait il y a 26 ans en chassant Mathieu Kérékou en raison justement de son système marxiste léniniste qui embrigade les libertés et effondre l’économie. Très particulier par sa capacité à faire des concessions pour éviter l’effusion de sang, le peuple béninois a toujours passé les étapes sensibles de son époque avec une grande maturité. La conférence des forces vives de la nation était un exploit. Le passage de 2006 était une merveille. La transition de 2016, une grandeur.

Un nécessaire décollage

Très adulé à l’international par la qualité de ses hommes et sa stabilité démocratique, le Bénin a toujours mal. Pays pauvre très avancé (Ppta), le Bénin n’impressionne pas outre mesure par sa santé économique très fragile. Une grande partie de ses enfants est sans eau, électricité et ploie sous le poids de l’extrême pauvreté. Le contraste tout de même est que depuis 1990, le Bénin a fait ces grands exploits politiques parce qu’à chaque fois il a espéré que demain sera meilleur. A la fin des travaux de la conférence des forces vives, Albert Tévoédjrè disait : « Au travail mes amis ! nous avons vaincu la fatalité ». La ferveur était perceptible. Tous les cadres de la république présents à la conférence étaient prêts à donner le meilleur pour une relance économique rapide. L’espoir était permis et Nicéphore Soglo a démarré quelque chose de très intéressant. Mais tout ceci a vite tourné court puisque juste après l’échec de Nicéphore Soglo en 1996, tout a sombré. Le calvaire a duré 10 ans, mais voilà encore un autre espoir du renouveau en 2006. Cette fois-ci, le peuple a sanctionné Mathieu Kérékou toujours dans l’espoir d’un mieux-être. On avait parlé de banquier, de technocrate mais une fois encore cet espoir a été tué. Le pain tant rêvé par les Béninois n’est pas venu. La traversée du désert a recommencé et cette fois-ci pour 10 bonnes années. L’envie pressante du peuple de retrouver un vrai décollage économique et un mieux-être a été tuée dans l’œuf. C’est dans ce contexte difficile de fin de mandat extraordinairement éprouvante pour le peuple, que nait une autre forme de sursaut de la classe politique un peu à l’allure de 1990. Le désir du peuple n’a toujours pas changé. Les Béninois ont exprimé une volonté pressante de changer le système de Yayi Boni parce que justement il veut comme il l’a exprimé en 1990 et 2006, un vrai décollage économique. Ayant déjà la paix, il veut enfin le pain. Cette fois-ci le nouveau Président Patrice Talon a été porté pratiquement par la majorité de l’ancienne classe politique et la nouvelle. La nouveauté cette fois-ci, c’est la présence d’un grand nombre de cadres réputés et portés comme en 1990 par la même envie de satisfaire enfin à cette profonde aspiration du peuple. L’optimisme est vraiment de mise cette fois-ci, la volonté sans ambages. Mais, est-ce que le diable qui rode toujours ne surgira pas encore ? La politique politicienne, spécialité béninoise, ne tuera-t-elle pas une fois encore cette foi nationale en un homme ? Doit-on espérer enfin que tout se passe bien ? Wait and see !

AT

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE