Election de Anjorin à la FBF : Oswald Homeky répond aux accusations...

Election de Anjorin à la FBF : Oswald Homeky répond aux accusations de Michel Adjaka.

0
PARTAGER

Suite à la vive réaction du président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB), Michel Adjaka dénonçant le non respect de l’ordonnance du juge d’instruction Pierre D. Ahiffon interdisant la tenue du congrès électif ayant conduit à l’élection de Anjorin Moucharaf à la tête de la Fédération Béninoise de Football (FBF) le vendredi 10 juin, le ministre des sports, Oswald Homeky lors de son point de presse de ce samedi 11 juin, répond, sans le nommer, aux accusations du réputé magistrat.

A LIRE AUSSI : Crise à la FBF : L’UNAMAB menace et met en garde le gouvernement

« La présence des forces de sécurité sur les lieux (lieux de la tenue du congrès – ndlr) ne saurait être interprétée comme une complicité du Gouvernement car ces dernières ont été sollicitées depuis plusieurs jours par les organisateurs pour la sécurisation de leur manifestation. Elles étaient donc dans leur rôle et n’avaient reçu aucune consigne pour empêcher les bénéficiaires de l’ordonnance du juge de la notifier aux organisateurs de l’AG. » a expliqué le ministre des sports Oswald Homeky en réponse à Michel Adjaka qui affirmait que « ce qui est inquiétant et intolérable, c’est qu’au même moment où le Ministre des Sports s’est absenté, son homologue de l’intérieur s’est empressé d’assurer la sécurisation des lieux du congrès en prêtant ainsi main-forte à la violation de la décision de justice« .

Et comme pour dire à Michel qu’il a tort de dire que le gouvernement a cautionné la tenue de l’Assemblée Générale élective quand ce dernier affirmait « la caution du gouvernement à la violation de la décision N°76/PI-PN/2016 rendue le 09 juin 2016 par le tribunal de Porto-Novo est un incident grave et ignoble » Oswald Homéky va faire remarquer au président de l’Unamab qu’ »il est important de préciser qu’en la matière, il ne revient pas au Gouvernement de notifier une décision de justice à des membres d’une association autonome mais d’en garantir l’exécution à la demande des bénéficiaires ». Et dans le cas d’espèce, comme mentionné dans l’ordonnance du juge, il revient au requérant de recourir à la force publique pour faire respecter la mesure de suspension, et non au gouvernement de se substituer aux bénéficiaires.

Il faut tout de même noter que les deux s’accordent sur la question de la légitimité du bureau élu qui reste à démontrer. Pour Oswald Homeky « la confrontation des constats d’huissiers et le débat juridique qui découlent de cette situation inédite situeront les uns et les autres sur la légalité de l’Assemblée générale élective et la légitimité du bureau élu.« 

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE