Élection d’Anjorin à la FBF : L’appel pressant de Daniel Edah à...

Élection d’Anjorin à la FBF : L’appel pressant de Daniel Edah à Patrice Talon et Joseph Djognénou.

0
PARTAGER

La crise que traverse le football béninois ne laisse personne indifférente encore moins les acteurs politiques du pays. C’est le cas de Daniel Edah, président du Mouvement pour la Prospérité Solidaire (MPS), candidat à l’élection présidentielle de mars 2016 et acteur de l’élection de Patrice Talon au second tour de la présidentielle du 20 mars 2016. Pour cet ancien fonctionnaire de la Francophonie, connu pour sa rigueur et son impartialité, les acteurs du football béninois doivent respecter la justice béninoise.

« Toute personne qui aime le Bénin doit respecter et défendre la justice béninoise. La justice d’un pays démocratique est le socle de sa souveraineté. Et la force publique doit toujours être du côté de la justice dans un état de droit. Dans la crise que traverse le football béninois, il y a urgence pour le gouvernement de nous prouver que le Bénin est encore un État souverain, que les décisions de la justice béninoise ne peuvent être ni contournées ni violées. Force doit rester à la loi. » a-t-il fait savoir sur sa page Facebook suite à l’élection d’Anjorin Moucharaf à la tête de la Fédération béninoise de Football (FBF) malgré la décision de justice interdisant la tenue du congrès électif de l’instance du football béninois. Ce message du président du MPS apparait donc comme un appel pressant au président de la république Patrice Talon ou aux membres de son gouvernement notamment au ministre de la justice Joseph Djogbénou, connu aussi pour son sens aigüe d’impartialité.

Par ailleurs, il est à noter que Daniel Edah est le seul acteur politique béninois a estimé que la suspension du Bénin par la FIFA est une opportunité à saisir pour le nécessaire Nouveau Départ du football béninois. « Très riche en intrigues et crises, le football béninois est pourtant pauvre en infrastructures, centres de formation et compétitions dans les arrondissements, communes et départements du pays. Jusque-là, nous avons couru après les choses. Maintenant que la FIFA nous y oblige, acceptons la suspension (si elle se confirme) comme une opportunité de relance. Osons prendre le temps et les moyens disponibles pour nous équiper, nous préparer conséquemment et régler durablement les problèmes de gouvernance afin d’accroître les chances des jeunes amoureux du cuir rond dans les villages, quartiers de ville, arrondissements, communes et départements. Et demain, le Bénin sera une grande Nation de football. Il fera beau. » avait-il fait savoir le 11 mai dernier après la suspension du Bénin par la FIFA.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE