Edgard Guidibi : « La démocratie est une mauvaise chose. »

Edgard Guidibi : « La démocratie est une mauvaise chose. »

21
PARTAGER

Expert en marketing-communication, en management et prédicateur de poigne, Edgard Guidibi a déclaré, lors de son séminaire de formation sur le leadership dans la matinée de ce dimanche 17 avril au centre « Jésus pour Réussi », que « la démocratie est une mauvaise chose ». Séminaire à l’issue duquel il a accepté volontiers accorder une interview à Bénin Web TV sur la question.

La démocratie est une mauvaise chose : Edgard Guidibi s’explique.

La démocratie veut que ça soit le gouvernement du peuple par le peuple, c’est dire que le peuple est capable, qu’il est souverain. C’est bien beau, c’est reluisant mais j’ose dire que c’est mauvais. C’est mauvais parce que ça aurait été très bon si le peuple était sage, si le peuple savait ce qui est bon, savait ce qu’il lui faut et c’est ce que les gens prétendent mais tout indique dans le monde que la démocratie ne crée que le désordre parce que le peuple ne sait pas ce qu’il lui faut.

En vérité, les peuples sont comme des enfants dans une maison. Les enfants ne savent pas ce qu’il leur faut, ils ne savent pas ce qui est bon, même s’ils le voudraient, ils ne le savent pas. Si dans ma maison, je devrais faire tout ce que mes enfants veulent, je ne leur donnerai jamais à manger des légumes, des fruits ; je leur donnerai tout le temps des glaces, des gâteaux, des yaourts, des bonbons et ils seraient tous malades (…).

On dit s’il n’y a pas de démocratie, il y aura l’anarchie, c’est faux ! Dans toutes les maisons, il y a un père qui l’autorité, en tout cas je l’espère, et qui règle les choses et qui dirigent. Parfois il fait ce que ce les enfants veulent ou ce que le famille veut si c’est bon pour eux. Mais si ce n’est pas bon pour eux, c’est sa responsabilité, son devoir de faire ce qu’il leur faut, pas ce qu’ils veulent.

Hélas dans la démocratie, le peuple choisit son dirigeant et peut le remplacer, donc les dirigeants sont constamment sous la menace, ils font ce qui plait au peuple parce que c’est ce que le peuple veut et quand on fait ce qui plait au peuple, le peuple souffre, comme mes enfants souffriront si je faisais seulement ce qui leur plaisait. Et si le peuple soufre, la démocratie ressemble beaucoup plus à un démon-cratie parce que les hommes n’ont pas toutes la connaissances qu’il faut pour opérer un choix. Seul Dieu sait tout. (…)

Les aberrations de la démocratie selon Edgard Guidibi. 

La démocratie veut qu’un illettré – j’ai beaucoup de respect aux illettrés – ait le même pouvoir qu’un intellectuel, par exemple, pour décider quelle serait la politique économique du Bénin ! La démocratie veut que le gars qui n’a jamais quitté le village et qui n’a jamais vu d’ampoules ait le même pouvoir de choisir qui va régler le problème d’électricité du Bénin que le docteur en économie, en électricité que celui qui a été dans les pays modernes pour voir ce qui s’y passe ! La démocratie veut que le voyou, le drogué, celui qui sort de la prison mais qui n’est été déchu de ses droits civiques ait le même pouvoir de vote que celui qui est libre, vertueux, honnête et intègre ! La démocratie veut que celui qui ne paie pas ses impôts ait le même droit dans la société que celui qui paie ses impôts pour qu’on ait une société honnête ! Ça n’a pas de sens !

Même les américains, qui sont les champions en démocratie, ont du créer par rapport à ça, ce qu’on appelle les grands électeurs, c’est-à-dire des gens dont la voix compte plus que celle des autres. Je ne dis pas qu’il faille la dictature (…) mais la démocratie est un système de désordre où la foule fait ce qu’il veut or les foules sont rarement sage. Une seule personne aurait du mal à tuer quelqu’un mais quand la foule se réunit, on lapide des gens et fait les vindictes populaires, plus personne ne se sens coupable.

Si donc c’est la foule qui décide des choses de façon épidermique, de manière émotive, la foule va souvent se perdre (…) Je crois pas que la démocratie telle que pratiquée apporte le bonheur, apporte la sagesse. Je sais que c’est culotté, audacieux de dire cela, beaucoup de gens le pensent sans le dire, mais comme toujours je dis ce que pense et j’en assumerait les conséquence.

En absence de démocratie, comment s’effectuera la désignation des chefs d’État ? Edgard Guidibi propose.

Dans les familles, comment s’effectue les chefs de famille ? Tout le monde s’entend ou regarde quelqu’un qui est intègre, sage, honnête, quelqu’un qui est plus pondéré, plus mature, plus disponible, quelqu’un qui est prêt à servir. Ils ne sont pas toujours parfait mais je sais que dans beaucoup de famille, on a de bon chef de famille. C’est comme ça que souvent les rois ont été désignés. (…) Ce n’est pas par démocratie que les rois Béhanzin, Kaba, Bio Guerra, Samori Touré, El hadj Omar ont été élus, mais pourtant ils ont fait des choses extraordinaires. Les pharaons n’étaient pas élus par démocratie mais ils ont fait des choses extraordinaires.

La reine d’Angleterre n’a pas été élue par démocratie mais la Grande-Bretagne est l’une des puissance de ce monde. Donc je ne crois pas, dans tout les cas que la démocratie ait jamais été honnête parce que sous prétexte de démocratie, on demande aux gens de choisir mais ceux qui ont plus de moyens, ceux qui ont le plus d’argent, ceux qui connaissent les ficelles manipulent toujours les votes et font ce qu’ils veulent. Le monde n’a jamais choisir de dirigeants. Les plus forts choisissent ces dirigeants pour opprimer les plus faibles.

Profil du dirigeant selon Edgard Guidibi.

Il faut que nous n’ayons pas des dirigeants qui n’obéissent pas à Dieu. Nous devons avoir d’abord des hommes qui croient en Dieu parce que si tu ne crains pas Dieu, tu ne craigneras rien. Nous devons donc avoir des hommes qui craignent Dieu, qui croient en Dieu, qui sont vertueux, qui aiment les autres, qui sont prêts à se sacrifier pour les autres. Nous avons besoin de dirigeant qui n’ont plus peur des élections, qui n’ont plus peur de la population, des critiques sur les réseaux sociaux, de la dictature et de l’anarchie des réseaux sociaux parce que c’est des choses qui manipulent les dirigeants (mais Edgard Guidibi a souhaité ne pas se prononcer sur la politique du mandat unique de l’actuel chef d’État béninois – ndlr). Les dirigeant doivent craindre une seule personne : Dieu et le pour le tout le reste, ils doivent pouvoir avancer.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

21 COMMENTAIRES

  1. La grande majorit des adeptes de Edgar Guidibi est constitue de cette foule qui ne comprend rien et qui ne sait pas ce qu’elle veut ni ce qui est bon pour elle. Mais Edgar en profite et s’en rjouit.

  2. Je pense que M. Edgar G a tenu son discours sur la dmocratie par son analyse et son point de vue qui dnotent qu’il ne veut pas comprendre le sens rel du concept la dmocratie et son usage comme une mthode d’organisation politique au service du peuple qui engendre toutes les couches de personnes . Et l’homme qui dirige le peuple est le membre que lui mme encense selon le mode dsignation unanimement convenu. Ainsi la dmocratie est un concept politique ouvert .C’est une cole pour les politiciens et absolument pas une mauvaise orientation politique.

  3. Bravo Edgar G. Votre analyse est claire et sans embarge pour quiconque a les yeux ouvert sur les faiblesse de la démocratie en général et celles de la démocratie béninoise en particulier. Au passage, je souligne que ceux qui suivent les formations et les enseignements de monsieur Edgard ne sont pas des tarés comme le prétend monsieur maclassissi. je lui suggère de veiller sur sa langue et sur sa plume pour ne plus émettre des idées pareilles. merci

  4. Pas d ‘avis avec lui.tt autre modl politique est dessuet et laisse place l ‘exercice du pouvoir vie avec des drives de tt genre

  5. J’pouse en partie les aspirations de M Edgar. Mais la dmocratie reste le seul systme valable dans un pays qui se respect.

  6. la dmocratie n’est pas mauvaise en soi. il faut par contre rflchir sur le concept d’lecteur et le mode de scrutin. M. G a tout fait raison de poser la question en comment on demande quelqu’un de se prononcer sur une politique s’il ne comprend rien des concepts proposs. en comment peut-on laisser la dcision sur l’utilisation des fonds publiques si la personne n’a pas contribue? Faire la dmocratie avec des pauvres et ignorants laisse l’ouverture la possibilit de les acheter ou de les manipuler. c’est a que nous assistons malheureusement chaque lection.

  7. Rire,sa prouve que mr guidibi n’a pas beaucoups expériences, sa viendra.mon frère consulte bien la bible et demande l’aide du saint esprit. Tu fais un travail remarquable dans centre Jésus pour réussir,tu reviendras prouver le contraire.même Jésus est tombé trois.salut

LAISSER UN COMMENTAIRE