Dislocation de groupes parlementaires : Le déclin de la famille cauris

Dislocation de groupes parlementaires : Le déclin de la famille cauris

2
PARTAGER

Le torchon brûle au sein de la famille cauris. Le départ de Boni Yayi du pouvoir a fini par mettre en lambeaux son héritage politique. Un mois à peine, et les derniers fidèles de la chapelle Yayi quittent la barque. C’est au parlement que les héritiers cauris ont clamé leur désir de liberté. Il faudra désormais allumer une lampe en plein jour pour chercher un groupe parlementaire acquis à la cause des Fcbe. Les départs massifs enregistrés au sein des groupes, ‘’République et Démocratie’’, ‘’République et Solidarité Nationale’’ et ‘’Solidarité et paix’’, respectivement présidés par les députés Rachidi Gbadamassi, Barthélémy Kassa et Octave Houdégbé emportent les derniers espoirs de ceux qui ont rêvé ou rêvent encore d’un avenir politique radieux pour les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Les amis de Yayi n’ont pas passé l’éponge sur les querelles de la présidentielle et ne retrouveront pas la cohésion après le départ du chef. Le défi était lourd, et malgré la bonne foi de certains alliés qui y croyaient dur comme fer, le contingent cauris ne survivra pas. D’ailleurs, les faux bonds des députés Fcbe à leur leader charismatique qui, à deux reprises déjà, a manifesté le désir de mobiliser à nouveau la troupe, prédisaient du futur de cette alliance qui n’a vécu que pour servir les envies d’un seul homme. Il va de soi que la fin du règne Yayi sonne le glas des cauris. Personne n’a jamais été préparé pour prendre la tête de cette alliance dont les membres n’avaient d’autres langages que de magnifier le ‘’roi’’ Yayi. Il ne faut pas aussi perdre de vue le fait que plusieurs députés Fcbe ne disposent véritablement pas de fiefs et ne doivent leur présence à l’hémicycle qu’au bon vouloir de Boni Yayi, qui a fini sa mission à la tête de l’Etat.

Le déluge après Yayi
Il est un secret de polichinelle que tous les alliés de Boni Yayi n’étaient pas logés à la même enseigne. Si le chef finissait toujours par avoir le dernier mot, les primaires au sein de l’alliance à la veille de la présidentielle ont fini par révéler au grand jour le choc des ambitions. Le choix de Lionel Zinsou a mis en lambeaux la cohésion au sein des cauris. Et plusieurs alliés du chef ont été candidats à la présidentielle. Mais malgré ce déchirement, l’on avait espéré que les alliés de Yayi tournent la page et retrouvent leur cohésion après le départ de leur leader charismatique. Visiblement, Nassirou Arifari Bako, Bonaventure Aké Natondé, Idrissou Bako, Valentin Djènontin Agossou, Kora Gounou Zimé, Gounou Sanni, Kiaré Sina Toko, Jacques Yempabou, Cyprien Togny, Emond Agoua… ont décidé de prendre leur destin en main. Les prochaines heures seront révélatrices de la nouvelle configuration de l’Assemblée nationale et certainement de la future destination des députés Fcbe.
Arnaud DOUMANHOUN

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Commenter :vraiment il le faut pour la classe politique de mon pays,le navire nouveau depart ne veut rien laisser sur son chemin

LAISSER UN COMMENTAIRE