Dialogue social:point de la rencontre entre Talon et les syndicats hier

Dialogue social:point de la rencontre entre Talon et les syndicats hier

0
PARTAGER

A l’invitation de la ministre en charge du travail Adjidath Mathys, les responsables des centrales syndicales étaient hier en tête à tête avec le président de la République Patrice Talon assisté de certains de ses ministres. D’importantes annonces peuvent être faites après cette rencontre

Après environs 4 mois d’exercice, le gouvernement du Nouveau départ a enfin pris langue avec les partenaires sociaux. Selon les indiscrétions, à cette rencontre, on pouvait noter entre autres la présence de Pascal Todjinou (CGTB), Paul Esse Iko (CSTB), Emmanuel Zounon (UNSTB), Dieudonné Lokossou (CSA-Bénin), Noël Chadaré (COSI-Bénin)…du côté des syndicalistes. Outre le Chef de l’Etat, la partie gouvernementale était représentée par les ministres Adidjath Mathys, Pascal Irénée Koupaki ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République, Abdoulaye Bio Tchané miistre d’Etat en charge du plan et du développement. Cette rencontre s’est déroulée dans une ambiance très décomplexée selon les participants. A l’entame, Patrice Talon a félicité les travailleurs pour le climat social relativement apaisé maintenu depuis son avènement au pouvoir. Aussi n’a-t-il pas manqué de saluer leur implication que l’alternance démocratique soit. « Le syndicalisme n’est pas incompatible avec la politique. C’est un devoir de veiller à ce que la politique régisse convenablement la cité » a laissé entendre le chef de l’Etat qui s’est réjoui de l’établissement d’un projet de charte sur le dialogue social qui sera signé probablement le 08 septembre prochain.

Les annonces

« Le pays va mal certes mais il ira davantage mal si les travailleurs ne sont pas épanouis. Nous ferons les efforts pour que les travailleurs se portent mieux» a affirmé Patrice Talon devant ses invités. Puisse qu’il ne s’agit pas d’une séance de négociations n’étant pas en crise, le gouvernement a profité de cette prise de contact pour faire certaines annonces aux travailleurs. Selon l’exécutif, la commission de négociations va siéger avant la rentrée des classes pour satisfaire les revendications suivant les moyens disponibles. « Le Régime d’assurance maladie universelle (RAMU) dans sa forme actuelle porte les germes de l’échec » a dit le Président de la République qui a promis abroger la loi l’instituant et le remplacer par un programme plus réaliste et plus consistant. Plusieurs réformes sont en cours dans les secteurs de l’éducation et de la santé. A titre illustratif, les membres du Conseil national de l’éducation (CNE) seront désormais élus. Reprécisant que c’est tous les concours d’entrée dans la fonction publique organisées en 2015 qui sont annulés, le gouvernement a annoncé de nouveaux concours en commerçant par le secteur de l’éducation. Quant à la crise qui secoue l’Université d’Abomey Calavi, le gouvernement se refuse d’intervenir directement et ostensiblement mais dit l’avoir à cœur. Le premier magistrat du Bénin a pris l’engagement de rencontrer périodiquement les centrales et confédérations syndicales. Plusieurs questions spécifiques et relatives aux revendications adressées par les responsables syndicaux présents ont été renvoyées pour être débattues au cours de la session de la commission de négociations.

Manfoya HOUNGUE

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE