Désignation du 2è Secrétaire parlementaire de l’Assemblée Nationale : Une véritable épreuve...

Désignation du 2è Secrétaire parlementaire de l’Assemblée Nationale : Une véritable épreuve de nerfs engagée

0
PARTAGER

Prévue pour avoir lieu depuis le 16 mai 2016, l’opération de désignation du 2è Secrétaire parlementaire de l’Assemblée Nationale se fait toujours attendre. La séance plénière convoquée hier par le Président Adrien Houngbédji pour trancher la question de la succession de l’honorable Alexis Agbéléssèssi a accouché d’une souris. Après moult tractations, la séance a été reportée à ce jour. On assistera à un duel entre le député Basile Ahossi de l’Union fait la Nation et son collègue Dakpè Sossou des Forces démocratiques unies. En tout cas, ce sont les deux candidatures retenues à l’issue de la clôture des dépôts de candidatures.

Pour rappel, qu’il vous souvienne que les tractations issues des négociations de l’actuel Bureau de l’Assemblée Nationale ont attribué, entre autres, à l’Union fait la Nation, le poste de Président de la Commission des lois. Il s’est fait que pour des raisons d’adéquation au poste, le 2è Secrétaire parlementaire issu des Forces démocratiques unies (Fdu) a abandonné son poste au Bureau de l’Assemblée Nationale pour prendre la tête de la Commission des lois devenue vacante après le départ de Me Joseph Djogbénou au gouvernement en qualité de ministre de la justice. C’est donc tout naturellement que le poste de 2è Secrétaire parlementaire devrait être occupé par un député de l’Union fait la Nation. Le dernier cas atypique en date a été l’élection du 2è Questeur de l’Assemblée Nationale en remplacement du député Georges Bada élu maire de la commune d’Abomey-Calavi.

A l’époque, l’honorable Basile Ahossi de l’UN avait postulé à ce poste laissé vacant par son collègue Georges Bada. Comme par hasard, l’honorable Dakpè Sossou a, en pleine séance plénière déclaré qu’en fonction des négociations qui ont contribué à installer la majorité actuelle, ce poste revenait à un député de la Renaissance du Bénin. Le député Ahossi avait alors retiré sa candidature pour rester en harmonie avec le bloc majoritaire. Ceci a permis à l’honorable Boniface Yèhouétomè de la Renaissance du Bénin d’être confortablement élu face au candidat des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Au moment où l’honorable Alexis Agbéléssèssi a été parachuté à la tête de la Commission des lois, le député Dakpè Sossou avait oublié que cela violait l’esprit des négociations supra évoquées et que dans ce cas, cela devrait appelée à une compensation au profit de l’Union fait la Nation. Ironie de l’histoire et d’une histoire trop récente pour être falsifiée, c’est lui Dakpè Sossou qui refuse cette compensation logique à l’Union fait la Nation.

Des rumeurs qui ont filtré dans les coulisses des négociations hier au Palais des gouverneurs, il ressort que la candidature du député Dakpè Sossou aurait des origines étrangères au Parlement tout comme celle qui a fait déplacer l’actuel Président de la Commission des lois. Les mêmes rumeurs font état de soutien au sommet du Parlement à la candidature «télécommandée» et que face à l’adhésion de beaucoup de députés à la candidature de l’honorable Ahossi, la séance a dû être suspendue pour être reprise ce jour, le temps de tenter de modifier la donne.

De telles manœuvres aboutissent généralement à l’affaiblissement des forces politiques, en l’occurrence l’Union fait la Nation dans le cas d’espèce. Les députés soutenant l’honorable Ahossi estiment que pour son niveau intellectuel, son ancienneté à l’Assemblée Nationale et l’équilibre des forces politiques, le candidat de l’Union fait la Nation emporte leur choix.
Il revient donc aux honorables députés, en ce moment où nous assistons à la recomposition de la classe politique de redonner de la valeur à leur institution en refusant tout diktat.

Affissou Anonrin

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE