Derniers actes sous le régime Yayi:Décrets et nominations à polémique

Derniers actes sous le régime Yayi:Décrets et nominations à polémique

0
PARTAGER

Les ‘’dernières volontés’’ du Chef du changement et de la refondation n’ont pas été sans impacts sur les ressources de l’Etat. A quelques jours de son départ, Yayi Boni et ses amis ont accordé des avantages et fait des nominations qu’il ne sera pas exagéré de qualifier de « fantaisie ».

La maison a besoin de ménage après des années de gabegie. Le régime du nouveau départ ne privera pas le peuple de se régaler en rendant justice, car ces dernières années ont été les plus éprouvantes pour les caisses de l’Etat. En effet, voyant les chances de son dauphin s’amenuiser, le ‘’Président sorti’’ s’est livré à un excès de générosité à l’endroit de ses proches et amis. Le souci d’instaurer le déluge après son séjour l’a conduit à prendre des actes de remerciement à l’emporte-pièce. Ses disciples, selon les informations, s’en sont également régalés en bouchant le service public de proches et octroyant des faveurs tous azimuts, surtout quand ils ont compris que toutes les chances de revenir sont compromises. On a encore en souvenance le décret de réhabilitation des secrétaires généraux pris par le gouvernement Yayi à la veille de son départ. Cette ‘’merveilleuse’’ hérésie n’est qu’un acte perdu dans les nombreuses autres dérives qu’il a orchestrées avant son départ. Le « nouveau départ » pour un bon départ se doit de nettoyer ‘’la sublime’’ écurie d’Augias sous la refondation. La nécessité de se refuser toute complaisance et compromission dans ce désordre ambiant est une aspiration profonde de ce peuple au bord de la déprime. A défaut de scruter dans les moindres détails les contours des différentes nébuleuses méphitiques sous le régime défunt, le nouveau Président Patrice Talon se doit, tout au moins, de mettre fin à la grande pagaille d’avant départ orchestrée par l’ancien Chef. Il faudra au plus vite, jeter à la poubelle les différents actes de nomination et décrets fantaisistes pris à la dernière minute par Yayi et ses ministres. Ces apprentis du favoritisme nommés ou à qui on a octroyé des faveurs doivent être dessaisis au plus tôt par la nouvelle équipe. Souci de bon sens, nécessité de reddition de comptes, la rupture se doit d’en faire un idéal quoique cela coûte. Un grand balayage doit être fait pour remettre de l’ordre et reprendre sur de nouvelles bases.

AT


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE