Démarrage des réformes sous Patrice Talon : L’espoir veut des garanties

Démarrage des réformes sous Patrice Talon : L’espoir veut des garanties

0
PARTAGER

Les réformes du gouvernement Patrice Talon ont commencé et les signes sont palpables sur les visages des citoyens. Des grognes se font déjà entendre. Pourvu que les espoirs ne soient pas déçus après les sacrifices.

Les réformes ont un prix. Et les Béninois commencent par le comprendre à voir les discussions ça et là. Pour le commun des Béninois, le constat est dans le ralentissement des affaires. « On ne vend pas ! L’argent ne rentre pas ! Nous n’avons pas de clients ! » etc. Voilà ce qui est chanté comme à l’unisson chez les vendeuses, les commerçants et les ouvriers de tous genres. En effet, la façon dont certains cadres envahissaient les supersmarchés a connu de ralentissement. Des « viveurs » ont réduit leurs agitations du week-end à la baisse. Les buvettes et surtout les hôtels de haut standing ont perdu de clientèle. Les piscines et centres de loisirs qui remplissaient les week-ends ont commencé par se demander ce qui se passe. Loin de lier cela à la période des examens de fin d’années, les plus avertis ont vite trouvé la cause. Les gros bonnets d’hier qui étaient au pouvoir et qui remplissaient ces lieux de divertissement et de restauration sont en train d’être mis hors jeux. Mieux, les différentes poches de sortie d’argent commencent par fermer. La rupture s’installe donc à petit coup. Et cela est remarquable. Les réformes annoncées par le régime du Président Patrice Talon commencent par affecter certains secteurs vitaux. Ceux qui ont fait des ravitaillements vont certainement constater que désormais ils doivent revoir les prévisions à la baisse pour ne pas connaître des péremptions de marchandises.

La rupture se sent chez plusieurs Béninois et pas des moindres. S’il faut s’en tenir à des confidences, des anciens responsables qui étaient au pouvoir procèdent actuellement à des ventes de véhicules pour réduire leur parc automobile. Certains ne sont plus dans la gaieté habituelle.

Certainement que la majorité des Béninois comprendra l’enjeu pour se réadapter à la nouvelle vision de gestion de la chose publique. Mais il faut que les gouvernants puissent garder la ligne et opérer les choix conséquents. Que par la suite, la distribution de la richesse se fasse à la satisfaction de tous. Car, si réellement la clarté accompagne le processus avec des actions palpables qui prouvent que les nouveaux dirigeants sont venus mettre le pays sur les rails, le peuple sera satisfait d’avoir opéré un changement de régime. Mieux, il acceptera de faire des sacrifices. Il faut alors que les dirigeants maintiennent le cap de la bonne revue de la gestion pour mettre de l’ordre là où il n’y en n’a pas et pour toute la durée du mandat. A la fin, le peuple appréciera.

Junior Fatongninougbo

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE