Démarrage de la campagne électorale pour la présidentielle du 6 mars: Branle-bas...

Démarrage de la campagne électorale pour la présidentielle du 6 mars: Branle-bas dans les états-majors des candidats à Parakou

0
PARTAGER

Comme sur des roulettes, la campagne électorale pour la présidentielle du 6 mars prochain a démarré vendredi 19 février dernier à Parakou. Décoration des sièges des artères, des murs et autres supports d’affichage, branle-bas dans les états-majors, les candidats ou leurs représentants sont déjà présents sur le terrain. En attendant de sortir le grand jeu de séduction des électeurs…

La ville de Parakou s’est éveillée dans un nouveau décor vendredi dernier. Aux grands carrefours, sur les murs d’affichage, les panneaux géants, les clôtures de maison et autres espaces autorisés, les affiches, les banderoles et les véhicules décorés à l’effigie des prétendants au fauteuil présidentiel forcent l’attention des passants. Les plus impressionnants sont ceux de Pascal Irénée Koupaki, Abdoulaye Bio Tchané, Lionel Zinsou, Sébastien Ajavon, Patrice Talon, Aké Natondé, Robert Gbian, Saliou Youssao Aboudou. Deux candidats ont même marqué leur territoire dès le premier jour de la campagne : Aké Natondé qui a tenu un meeting de lancement et Bertin Koovi Sègbowè qui est allé se recueillir sur la tombe de Hubert Maga.

C’est parti donc pour deux semaines d’opérations de charme et de propagande pour les trente-trois candidats en lice pour l’élection du 6 mars prochain. Dans les états-majors, l’on peaufine les stratégies. Chacun usera de ses moyens pour convaincre les populations: affichages, émissions radiodiffusées et télévisées, porte-à-porte.
Au siège de l’alliance pour un Bénin triomphant (ABT) au quartier Kpébié, les militants et sympathisants du leader des «Tabati-taba» ont pris d’assaut les lieux depuis la veille. Sous la houlette d’Adiza Arouna, porte-parole du candidat et les autres, l’engouement au sein des jeunes acquis à la cause du candidat est perceptible. Mais ceux qui visitent les lieux ne sont pas que de potentiels votants d’ABT. Inquiets de la façon dont les cartes d’électeur se distribuent et au regard des nombreuses plaintes enregistrées, un système de recherche des cartes pour les titulaires est mis en place et une liste ouverte.
Du côté de l’alliance GGR du général Robert Gbian, l’heure était au convoyage du matériel de campagne en direction des autres communes du Nord dans la matinée du vendredi matin, sous la supervision de Soulé Sabi Moussa. La campagne devrait s’emballer depuis samedi dernier.
Au quartier général de la coalition «Le chemin du Bénin» de Bonaventure Aké Natondé à Madina, l’on ne fait pas dans la dentelle. Le candidat lui-même est descendu en personne pour déclencher l’artillerie de séduction des électeurs.

En attendant l’effervescence

Chez les partisans de Sébastien Ajavon, c’est la stratégie du porte-à-porte qui sera de mise avec de petits meetings de cent à deux cents personnes, des caravanes, dévoile Bob Yaovi Liassidji de l’équipe de campagne à Parakou et environs. Tous les arrondissements et tous les villages et hameaux des communes de la huitième circonscription seront écumés avec des incursions dans les autres communes et même dans le département des Collines, signale-t-il. En ce début de campagne, les coordinations des quartiers, des arrondissements s’affairent à récupérer et dispatcher les supports de campagne, les moyens de location et d’animation des sièges de campagne.
Au siège du regroupement FCBE-PRD-RB et alliés qui porte le candidat Lionel Zinsou, il n’y a pas eu de mouvement particulier au démarrage de la campagne, après une réunion tenue dans la soirée du jeudi pour peaufiner les tactiques de conquête des électeurs. Mais dans la ville, les affiches et banderoles appelant à voter pour le candidat sont nombreuses.
Alors que le siège de campagne du candidat Saliou Youssao Aboudou à Yéboubéri s’anime avec des décibels assourdissants, dans le camp du candidat Omer Rustique Guézo, le siège était en plein aménagement en attendant certainement le déploiement des grands moyens de persuasion des électeurs. Le candidat sera lui-même à Parakou pour «vendre» son projet de société.
La fièvre électorale est déjà présente, même si ce n’est pas encore la grande effervescence. Dans tous les états-majors des partis et alliances de partis soutenant les candidats, un appel au calme, à la sérénité et à la fête est lancé aux militants afin qu’ils ne provoquent pas et ne cèdent pas à la provocation non plus. Aussi, les candidats ou leurs représentants exhortent-ils les potentiels électeurs à aller retirer leurs cartes d’électeur, le sésame qui leur permettra d’exprimer leurs suffrages le dimanche 6 mars prochain¦

Claude Urbain PLAGBETO A/R Borgou-Alibori

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE