Délestage au nord du Bénin : Les Wassangari vivent aussi le martyre

Délestage au nord du Bénin : Les Wassangari vivent aussi le martyre

3
PARTAGER

L’actuelle crise énergétique qui secoue tout le pays et qui a d’ailleurs commencé aux dernières heures du régime Yayi, sévit de manière particulièrement sévère à Nikki et régions. Les populations des communes de Nikki, Kalalé et Pèrèrè sont devenues impuissantes face au phénomène du délestage électrique. On peut comprendre qu’à cause de cette crise du courant électrique, l’on assiste à une fourniture alternée, soit dans la matinnée ou soit dans la soirée dans certaines localités du nord telles que Parakou , Tchaourou et N’dali. Mais à Nikki, ce qui se passe est tout simplement le cheval d’une autre couleur. Les Populations passent plus de trois jours d’affilée sans le moindre jus de la SBEE. Et quand cela finit par être disponible, il ne dure que seulement quelques heures.
Comme corolaire, presque toutes les activités qui nécessitent le courant électrique, tournent au ralenti. Certains ateliers de coiffure, de soudure, de scierie et autres ont carrément fermé leurs portes. Pour les propriétaires de poissonneries et centres informatique et de photocopie, le calvaire est plus dur. Selon Anicet, patron de centre informatique et de photocopie : « nous traversons une situation de jamais vécues ; le pire est que nous ne savons pas quand est-ce que nous allons sortir de cette auberge. J’ai des commandes en cours mais hélas. L’alternative du groupe électrogène, aussi puissant que soit le mien, n’est pas du tout rentable. Vraiment, nous souffrons à Nikki. Talon n’a qu’à nous venir au secours ».
Le malheur n’arrivant jamais seul, les hommes et les femmes de cette partie du pays ne jouissent plus de leur droit à l’information. La radio Sutiidéra qui couvre cette région fonctionne de 6h à 10h et de 16h à minuit. Le seul service d’information qui fonctionne de manière permanente est l’ORTB , la chaine nationale. Mais malheureusement le problème qu’il y a toujours eu et qui s’est cristallisé avec la crise énergétique actuelle est qu’à chaque fois qu’il y a une petite coupure de la SBEE, l’antenne relai de l’ORTB installée dans l’arrondissement de Ouénou arrête de fonctionner. Et du coup, ces populations doivent vivre comme coupées du reste du pays.
Celles-ci n’ont commis aucun crime en vivant dans cette région du Benin. Certains y sont nés, et d’autres pour des raisons de travail. Il urge qu’une solution au moins partielle leur soit trouvée.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE