Déclaration sur Vox Africa:Yayi confirme son obsession pour le Pouvoir

Déclaration sur Vox Africa:Yayi confirme son obsession pour le Pouvoir

3
PARTAGER

L’ancien chef de l’Etat a enfin révélé ses vraies intentions. Invité sur la chaine de télévision Vox Africa ce vendredi, l’ancien Président du Bénin, Yayi Boni, a pris en horreur l’alternance au sommet des Etats africains. On le disait mais très peu y croyaient. Les Saints Thomas peuvent y croire désormais.

La déclaration du Chef de l’Etat ce week-end ne surprend pas outre mesure les plus avertis. Yayi Boni n’a fait que dire tout haut ce dont on l’a soupçonné depuis longtemps. L’ancien Président du Bénin voulait s’éterniser au pouvoir comme la race en voie de disparition des dictateurs africains. C’est plus que clair désormais dans les esprits, puisque lui-même a démontré en quoi l’alternance au pouvoir peut constituer un poison pour le développement d’un pays. On n’a pas vraiment besoin de trop questionner l’histoire pour comprendre qu’en réalité le Bénin a commis une erreur monumentale en 2006. Ce pays, exemple démocratique, voulait totalement sombrer avec l’avènement d’un personnage qui n’a pas fini de démontrer qu’il était inspiré par une volonté sans ambages de changer de régime à ce pays. Yayi Boni, pendant ses heures de gloire, a rappelé aux Béninois les frissons de la période révolutionnaire. Le Chef a gouverné sans partage avec à la clé, les manœuvres des dictateurs d’une autre époque. Sollicitation fréquente des forces de l’ordre, musellement de la presse, menace sur la sécurité des leaders d’opinion, répression systématique des syndicats, populisme exacerbé, Yayi Boni régentait véritablement. La machine de terreur a été mise en branle avec pour objectif principal de tuer toute ambition de résistance et de s’offrir le boulevard d’un troisième mandat. Yayi Boni à qui le peuple a remis le pouvoir, au détour d’une alternance réussie, voulait tout tenter pour compromettre cette profonde aspiration du peuple. Il n’a pas faibli dans cette ambition qui prospérait véritablement. Une fois le processus d’étouffement systématique de la contradiction réussie, Yayi a sorti son attirail de révision de la constitution. Ce projet devra lui permettre (comme le font les vilains dictateurs africains), d’instaurer une nouvelle république et de poursuivre son règne sans partage à la tête du Bénin. Cette entreprise aussi marchait très bien. L’ancien roi de la Marina avait le vent en poupe et multipliait ses meetings à l’intérieur du pays. Tout cela marchait très bien, mais patatras. Il a fallu un homme pour que tout ce grand rêve de l’aspirant à la dictature s’effondre comme un château de cartes. Patrice Talon a tué à jamais l’ambition de Yayi qui, jusque-là, ne s’en revient pas. La déclaration de Yayi Boni de ce vendredi montre à quel point il est attaché à son rêve de mourir au pouvoir. L’ancien Président du Bénin déteste l’alternance et prend l’exemple d’une démocratie évoluée comme l’Allemagne. On éprouve du regret pour Yayi qui ne sera plus jamais Président au Bénin. Ainsi en a décidé la démocratie.

Abdourhamane Touré

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. Où voulez vous conduire notre pays? Mettons nous au travail, cessons les bavardages en l’air; finir la fatalité

LAISSER UN COMMENTAIRE