Décisions du Conseil des ministres : L’AIC ressuscitée et des structures rattachées...

Décisions du Conseil des ministres : L’AIC ressuscitée et des structures rattachées au Palais supprimées

2
PARTAGER

L’Accord cadre reliant l’Etat béninois à l’Association interprofessionnelle du coton (AIC) a été rétabli par un décret pris lors d’un Conseil des ministres tenu, jeudi 28 avril. Il consacre ainsi le retour de la filière coton au secteur privé.

La nouvelle était prévisible au tout premier Conseil des ministres du gouvernement du Nouveau départ. Le nouvel Exécutif a ainsi rétabli, lors de sa réunion hebdomadaire du jeudi 28 avril, l’’accord cadre qui liait l’Etat béninois à l’Association interprofessionnelle du coton (AIC). Cette décision vient mettre fin au décret de septembre 2013 qui avait abrogé l’accord cadre au profit d’une nouvelle transition ayant conduit la gestion de la filière depuis la campagne cotonnière 2013-2014. « Ce cadre de transition était contraire à l’option fondamentale de libéralisation et aux lois de la République. La gestion transitoire a coûté cher au Trésor public et la filière connait encore des difficultés », défend Pascal Irenée Koupaki, ministre d’Etat, secrétaire général à la Présidence, lors d’un point de presse au Palais de la Marina. Il rassure que le rétablissement de l’AIC devra opérer un retour de la confiance au sein des familles cotonnières. Il souligne également que des dispositions sont prises pour l’approvisionnement en intrants afin de rattraper le retard consenti dans la mise en place des engrais coton.

Le Conseil des ministres, indique le ministre d’Etat, a aussi adopté plusieurs décrets, notamment ceux concernant la mise en place d’une commission de vérification de la régularité des concours organisés en 2015 ainsi que celui portant retrait du décret 2016-024 du 11 février 2016 portant régime indemnitaire des directeurs de cabinets, secrétaires généraux des ministères et leurs adjoints. Plusieurs structures rattachées à la présidence de la République ont été supprimées, en l’occurrence le Haut commissariat à la Solidarité nationale, le Haut commissariat à la Gouvernance concertée, le Conseil présidentiel de l’Investissement, le Bureau de l’Auditeur et la Cellule de contrôle de l’exécution des projets de développement.

600 milliards FCFA de dettes du Trésor public

Le Conseil des ministres a aussi approuvé une communication du ministre de l’Economie et des Finances sur le rapport provisoire d’exécution du budget 2016. « Le ministre a été instruit pour assurer l’exhaustivité des dépenses publiques afin de contenir le déficit budgétaire », indique Pascal Irenée Koupaki qui informe que certaines agences relevant des ministères de l’Agriculture, du Cadre de vie, de l’Economie maritime, des Infrastructures et de l’Energie seront bientôt auditées. Il affirme également que le Trésor public a emprunté au titre de l’année 2015, environ 600 milliards de francs CFA. « Il faut contenir le risque de refinancement de la dette », insiste-t-il.
Le ministre d’Etat assure que la crise énergétique a fait l’objet de discussion au sein du Conseil. Le chef de l’Etat a d’ailleurs présidé dans la soirée du jeudi 28 avril, un conseil interministériel sur la question. « Un plan d’urgence sera mis en place. Lorsque tout sera mûr, nous vous tiendrons informés. Pour le moment, je ne vous communique que les décisions et non les discussions du conseil », conclut-il. ?

Gnona AFANGBEDJI

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE