Déclaration de Candidat Azannaï : La campagne des élections présidentielles de 2016 et...

Déclaration de Candidat Azannaï : La campagne des élections présidentielles de 2016 et le maniement de la psychose du  » Ko «  : les dessous de la peur du camp Boni Yayi « 

0
PARTAGER

Thème central :  » La campagne des élections présidentielles de 2016 et le maniement
de la psychose du  » Ko  » : les dessous de la peur du camp Boni Yayi « 
Je voudrais avant tout propos, au nom des personnalités ici présentes, vous souhaiter la bienvenue en ces lieux.
Mesdames et Messieurs les journalistes,

C’est une tradition vous vous en doutez, de vous réunir en séance inaugurale à l’occasion des activités populaires que nous préconisons au début des campagnes électorales majeures.
En respect de cette tradition, je propose que la causerie actuelle avec la presse soit introduite par le thème :
 » La campagne de l’élection présidentielle de 2016 et le maniement de la psychose du  » Ko  » : les dessous de la peur du camp Boni Yayi « .
Je m’appuierai sur ce prétexte pour évoquer avec vous, les points ci – après :
I – Violations répétées du code électoral : ce qu’il faudra craindre le jour du scrutin.
II- Rapports de forces : les avantages de Patrice Talon
III- Issue des scrutins de la Présidentielle de 2016 : envisager l’historique passation de service Yayi/Talon dans la paix et la réconciliation.

I -Violations répétées du code électoral : ce qu’il faudra craindre le jour du scrutin :
Au despotisme ambiant qui est son mode opératoire, le régime actuel finissant ajoute une gouvernance électorale qui expose tous les symptômes caractéristiques d’un leadership de type pathologique.
Le code électoral victime constante d’une batterie de fléaux faits de graves compromissions contre l’honneur, la probité et la loyauté envers l’intérêt général est totalement dévoyé et abusivement méprisé.
Les réactions sporadiques et controversées de la Cour constitutionnelle sont en deçà de tout ce qui pouvait rassurer nos populations qu’elles sont à l’abris des menaces et des dangers d’éventuels troubles électoraux et post – électoraux.
La migration du Cos-Lépi au Cnt, en rééditant la mise en scène du fameux Chabi Kassim expose la liste électorale et l’ensemble du fichier des élections à l’obscurantisme des manipulations sélectives.
L’usage abusif des moyens civils et militaires et des attributs de l’Etat au profit exclusif du sieur Lionel Zinsou, « candidat imposé » par Boni Yayi ruine arrogamment la concurrence, la transparence, la fiabilité et l’équité des scrutins présidentiels de 2016.
Il est à redouter la mise à l’horizontal du tandem Kassim du Cnt, Tiando de la Céna par Yayi de la Présidence de la République le jour du vote.
Il me paraît donc utile de nous mettre en garde contre toute immixtion directe ou indirecte de la présidence de la République, des éléments de la Garde républicaine dans toute opération qui concerne le matériel électoral sensible tant en ce qui concerne le déploiement que tant en ce qui concerne le convoyage post – scrutin.
Des questions demeurent ouvertes qui sont relatives à la pagaille sur la confection et la distribution des cartes d’électeur, au sort des cartes non distribuées et non retirées, mais surtout aux conditions dans lesquelles il sera aisé d’utiliser pour un même scrutin, deux types de listes et deux types de cartes d’électeur.
Des questions demeurent en sus, en ce qui concerne les trois phases possibles de fraudes qui peuvent contribuer à la réalisation de ce que généralement on appelle le Ko électoral : la phase pré – électorale, le jour du scrutin et la phase post – électorale.
Des questions demeurent également ouvertes par le fait qu’une catégorie d’acteurs politiques agglutinés autour de la mouvance présidentielle a engagé sans pudeur le maniement de la psychose du Ko électoral.
Nous souhaitons partager avec vous l’exploration des fonctions critiques et des interfaces litigieuses concernées par les présidentielles en cours afin de montrer aux uns et aux autres que dans l’état actuel des choses, le camp Boni Yayi est castré de tout moyens et de toutes expertises pouvant lui permettre de voler le vote des électeurs sans porter seul et devant l’histoire l’exemplaire punition de la colère populaire.
La valeur électorale spécifique et totale de la mouvance est si érodée par le flop de l’impopularité et de boni Yayi et de son candidat qui peine à justifier d’où il est ; ce qui ne permet pas de construire à ce dernier, quelque que soit le schéma qui le portera, un Ko ou une quelconque victoire.
Tout Ko frauduleux va engendrer un chaos dont seuls seront responsables leurs auteurs.

II-Rapports de forces : les avantages de Patrice Talon :
Dois-je nous amuser encore en évoquant les candidatures en aluminium voire en plastique ? Non.
Mais une évidence s’offre qu’un bloc de têtes d’affiche se dégage où trône sans contestation le Président Patrice Talon.
Chacun se rend compte que la stratégie de location de logos opérée le 12 janvier 2016 n’a pas pris et a bien de la peine à prendre.
En réalité cette stratégie a voulu à tort omettre la résurgence des préjugés dévalorisants pour les peuples au Sud du Sahara. Cette situation et les pensées de domination néocolonialiste exposées par le passé par ce candidat sorti de nulle part, ferre et plombe le 12 janvier 2016. Et à vouloir trop l’embellir ce candidat, on ne fait que trop l’enlaidir électoralement.
A la limite, comme je l’avais évoqué sur les antennes de la 106 Fm, ce serait sur les genoux et la langue pendante que Boni Yayi récupèrera le moral des erreurs du 12 janvier 2016.
Il nous sera loisible d’examiner le risque d’être recalé au 1er tour qui plane sur le hold-up du complot de location de logos perpétré le 12 janvier 2016.
Les implications de l’exercice du pouvoir présidentiel doivent être examinées relativement aux candidatures proposées.
En effet la compétition ouvrant aux portes de la plus haute charge de l’Etat doit questionner au delà de la capacité financière qu’affiche les uns et les autres, et analyser les motivations intimes des candidatures en lice.
Que peut valoir une candidature parce que simplement motivée par une autre et en guise de vengeance ?
Que peut valoir une candidature lorsque sur tous les plans, son porteur souffre d’un cocktail de tares et de retards relativement à l’appréhension de ce qu’est le sens de l’Etat ?
Que peut valoir une candidature lorsque la moralité qui y sous – jacente est suffisamment embrouillée par une inquiétante décision de la Cour Constitutionnelle pour actes de tortures, de traitements inhumains et dégradants ?
Il y a des candidatures de bonne facture, celles de personnes visiblement préparées. Heureusement.
Et au nombre de telles candidatures, il y a celle du Président Patrice Talon qui a la particularité de se révéler la plus sereine et la mieux représentative de la rupture face aux dix dernières années d’un leadership de clochardisation au sommet de l’Etat.
Les sacrifices au plus fort des terreurs du despotisme…
Les sacrifices contre la révision opportuniste de la Constitution, l’exil, les frustrations déprimantes des persécutions et des calomnies…
Les appuis et soutiens aux combats de protection de la démocratie et de la sauvegarde des acquis de la Conférence Nationale….
Une résistance placide contre toute sorte de déceptions…
Une méticuleuse construction du chemin pour le  » Nouveau départ « …
Un quadrillage en plusieurs couches superposées dans tous les domaines et à tous les niveaux…
La marge que Patrice Talon a su se construire dans les cœurs et dans toutes nos contrées est sans commune mesure.
Il convient que nous explorions avec vous, l’éclosion de son génie et la dévotion de celui-ci à l’intérêt général.
Je riais lorsque j’ai eu les détails des propos tenus ça et là par Boni Yayi confondant son statut de Chef de l’Etat avec celui de propagandiste en chef de son candidat imposé pour reprendre une expression résignée  » du vrai  » Professeur Abiola.
Sachez ceci :
 » Chaque fois que Boni Yayi s’en prend personnellement à un candidat engagé dans une élection contre son schéma, c’est qu’il commence à sentir que les choses lui échappent. »
Sur la posture, sur le discours, sur la capacité, sur la maîtrise du milieu politique, sur l’image , sur la stratégie, sur les marges de manœuvre, l’avantage aujourd’hui a un nom et un visage : Patrice Talon, la parfaite symbolisation de la rupture, le gage sûr de la paix, de la réconciliation nationale et du redressement de la Patrie.
Il est important que nous évaluation la pertinence de cet avantage avec vous.
III- Issue des scrutins de la Présidentielle de 2016 : envisager l’historique passation de service Yayi/Talon dans la paix et la réconciliation :
La situation est nominale et le morale de militants est au top.
A l’étape actuelle, il n’existe pas une seule localité qui ne dispose pas de structure d’encadrement de l’initiative Talon Président de la République.
La bonne nouvelle est que si les élections présidentielles avaient lieu ce jour, Patrice Talon serait incontestablement l’issue présidentielle.
Il s’agit d’un bilan d’étape qui rassure que Patrice Talon est l’homme de la situation et la victoire finale est à portée.
Pour Patrice Talon, nous devons aller au delà de cette victoire et nous engager dans un processus qui promeut la paix et la cohésion nationales.
Déjà le 12 septembre 2015, à l’occasion du Congrès constitutif de l’initiative Table ronde des bâtisseurs du Bénin, j’avais invité le Président Boni Yayi à abandonner ses attaques injurieuses contre ses adversaires politiques et à adopter un ton discursif de réconciliation , d’apaisement et de réconciliation en vue de favoriser les conditions d’une passation de service entre lui et le nouveau Président de notre République.
Il est heureux de savoir que Patrice Talon adresse à Boni Yayi, une main tendue devant et ouverte offrant des rameaux vierges d’oliviers.
Toute l’équipe autour du Président Talon lui tend la main à toutes les compétences soucieuses de faire de notre pays, une des plus grandes nations démocratiques de la sous – région et à l’échelle internationale.
Le 06 avril prochain sera la réplique du 19 février de cette même année 2016.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Aussi vrai que soit l’évidence de l’historique passation de charges à la tête de notre État entre Boni Yayi et Patrice Talon, aussi vrai est l’impérieux devoir qui doit nous y conduire plus sereinement et que je m’en vais de nous rappeler :
Il s’agira de verrouiller toutes les issues de fraudes par une rigoureuse application des consignes que nous avons élaborées et qui seront données au fur et à mesure.
Il s’agira que massivement vous sortiez et fassiez sortir le plus grand nombre d’électeurs pour le retrait des cartes d’électeur là où la distribution est possible.
Il s’agira de défendre le projet  » Le nouveau départ « .
Dans tous les cas aux niveaux de toutes les « structures Patrice Talon » installées dans toutes les localités, des points focaux dédiés à la transparence et la sécurisation en vue de la lutte anti-fraude existent et auxquels nous recommandons de recourir.
Je voudrais encore une fois remercier cette auguste assistance.
Aux journalistes je voudrais défoncer une porte ouverte en rappelant que les faits sont sacrés et que journalistes, ils ont la liberté de commentaires et d’analyses sans tabou et sans restriction aucune.
Nous sommes, les personnalités ici présentes et moi, disposés répondre à vos questions.

Je vous remercie. Merci infiniment.

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE