Dans sa vision d’apporter au Bénin une démocratie consensuelle :...

Dans sa vision d’apporter au Bénin une démocratie consensuelle : Juste Codjo décrypte l’élection présidentielle 2016 et fait des propositions

0
PARTAGER

Invité hier dimanche 03 avril 2016 sur l’émission hebdomadaire de Canal 3 Bénin, le doctorant-chercheur en sciences politiques Juste Codjo, a abordé un penchant capital de la gouvernance au Bénin. Parti d’une lecture générale du déroulement du processus électoral de la présidentielle des 06 et 20 mars derniers, il a étalé, de manière succincte, les propositions qu’il suggère à la nation béninoise, pour un développement réel.

Pour lui, l’élection présidentielle de 2016 au Bénin a permis de comprendre que la classe politique a perdu la confiance du peuple ; chose visiblement inquiétante et qui nécessite une solution idoine, car ce sont les partis politiques qui animent la vie politique. Mais lorsqu’on observe depuis 25 ans, les élections présidentielles qui se sont succédées ont démontré quele peuple béninois se remet dans un éternel recommencement. « En vérité, cela n’est pas dû à une quelconque incompétence du Chef de l’Etat qui en est la cause » ; explique-t-il. A l’en croire, c’est parce que dans le régime, le Président de la République est le centre de gravité de toutes les institutions. Alors, il urge dès maintenant, de repenser la composition du schéma de la gouvernance afin de réduire le pouvoir de l’exécutif. Fruit d’un travail de cinq années, Juste Codjo a, dans un style de questions réponses, présentéles différents points du nouveau système qui sera connecté l’un à l’autre.Un scrutin législatif à deux (02) tours. Ne seront éligibles au second tour, que les partis ayant recueilli au moins 1 siège dans chacune des grandes régions. Et pour élire le Président de la République, ce sera à l’issue d’une élection au sein de la majorité parlementaire. A cela, viendra s’ajouter le Haut Conseil de la République, une autorité morale  et administrative est désignée, pour veiller au bon fonctionnement de l’administration publique. Au nombre de sept (07), ces membres doivent provenir des sept entités géographiques à savoir : Nord-ouest, Nord-est, Haut centre, Bas centre, Sud-Ouest, Sud-centre et Sud-est. Ils doivent aussi être apolitiques et âgés de 70 ans au moins, siégeant à vie.Le Haut Conseil de la République a comme prérogative :approuve la nomination et la décision mettant fin aux fonctions des hauts responsables d’organes jugés stratégiques. De quoi désormais disposer de garde-fous, pour éviter le plein pouvoir (abusif) au Chef de l’Etat, pour une harmonisation au sein de la gouvernance.

Loth HOUSSOU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE