Dans la perspective de la formation d’une équipe de combat:Les postes clefs...

Dans la perspective de la formation d’une équipe de combat:Les postes clefs sous le nouveau régime

0
PARTAGER

Depuis son élection à la tête du pays, le nouveau président de la République ne quitte presque plus son stylo et son bloc notes pour la formation de son premier gouvernement. Il devra aller aussi vite que possible en positionnant des « hommes sûrs » à la tête des départements clés dans son équipe tels que la justice, la sécurité, les grands travaux, les réformes, les finances, l’économie et autres. En attendant de connaître les noms des personnalités cooptées, le président Patrice Talon a laissé circuler que son mode de gouvernance sera axé sur la compétence.

Avant toute chose, le chef de l’Etat nommera des personnalités pour l’aider à bien gérer son mandat unique au cours duquel, de nombreuses réformes tant constitutionnelles qu’institutionnelles sont prévues. Dans ce domaine, il faut trouver un proche dans son cercle restreint, pour expliquer devant le Parlement et le peuple ces réformes. Beaucoup de noms circulent déjà, mais l’un d’entre eux en la personne du député Joseph Djogbénou s’illustre bien, et il semble que par mérite, le poste de porte-parole du gouvernement lui sied convenablement. Mais, il y a un souci, car en sa qualité de président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le président de la République en tirerait plus profit que s’il était réduit à un rôle de porte-parole du gouvernement. On attend également de voir celui que le chef de l’Etat nommera pour la promotion des grands travaux, un chantier très ambitieux sur lequel, il veillera personnellement. De même le département des hydrocarbures devrait être confié à un proche de Patrice Talon. Ceux des finances, de la justice, de la sécurité et l’Armée où on verra la mise à l’écart des bras armés du régime finissant ne seront pas dureste. Sur ce volet sécurité, il y aura un maître à bord, qui de par son passé n’a pas posé des actes compromettants. L’agriculture et la santé devraient revenir à des professionnels dans chaque secteur. L’énergie et l’eau, qu’on le veuille ou non n’est pas à reléguer au second plan. Patrice Talon y accorde un intérêt particulier, car sans énergie les usines ne pourront pas tourner. Le volet social de son mandat devrait être confié à une femme. Et pour coordonner tout cela, il faut un homme dont la réputation et l’expérience ont prouvé qu’il en a le profil.

La confiance d’abord

Aussitôt entré en fonction, le nouveau président de la République doit mettre les Béninois en confiance à travers les premiers actes qu’il posera. Tout au long de la campagne, il a déjà réussi à les convaincre quant à son projet de société en leur promettent de rompre avec les errances qui sont sources de leur malheur sous le régime finissant. Patrice Talon n’a cessé de répéter que le Bénin va mal et très mal et se donne le défi de renverser cette tendance qui se traduit par la mauvaise gestion des ressources du pays, la gabegie, la mauvaise qualité des soins de santé, la rareté de l’énergie et de l’eau, la lenteur de l’Administration, la précipitation et l’amateurisme dans la conception des grands projets de développement, la mauvaise utilisation du patrimoine culturel, la caporalisation des institutions par le chef de l’Exécutif, les tirs de roquette sur la maison justice, la propension au mensonge dans la gestion de l’agriculture, l’octroi des marchés fictifs, l’opacité dans la gestion des finances publiques, la chasse à la médiocrité, les concours frauduleux, les menaces sur les libertés démocratiques et individuelles. Tout cela a contribué à faire le lit à la pauvreté et à un grand recul du pays sur de nombreux plans. Au regard de cet échec qui ne fait école nulle part, le nouveau président de la République estime que l’une des solutions à ces problèmes, c’est de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. On ne doute pas donc de la volonté et la détermination de Patrice Talon de trancher d’avec les pratiques et méthodes d’un régime qui a échoué et cela pour avoir fait des nominations fantaisistes à des portefeuilles importants. Et c’est à ce niveau que le nouvel homme fort veut déjà donner de bons signes d’un quinquennat très attendu et plein de promesses. Malgré la pression des courtisans, celle de ses alliés et soutiens de dernière heure, malgré les intrigues politiciennes, Patrice Talon ne devrait pas renoncer à mettre l’homme qu’il faut à des postes clefs. Dans la préparation de son équipe gouvernementale, le prochain chef de l’Etat ne privilégiera pas les postes parfumés et portefeuilles gonflés à distribuer à ceux qui s’attendent à prendre leur part du gâteau. Il va privilégier une équipe restreinte et compétente en évitant des conflits d’attribution.

Fidèle Nanga


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE