Crise au conseil communal d’Abomey:Blaise Ahanhanzo-Glèlè sur une chaise éjectable (Une motion...

Crise au conseil communal d’Abomey:Blaise Ahanhanzo-Glèlè sur une chaise éjectable (Une motion de vote de défiance déjà déposée)

0
PARTAGER

La crise de confiance qui couvait au sein du Conseil communal d’Abomey a atteint son point culminant avec la saisine du préfet du Zou par une motion de vote de défiance. 13 conseillers communaux sur les 19 que compte le Conseil communal demandent la destitution de Blaise Ahanhanzo-Glèlè, maire de la Commune d’Abomey.
Par cet acte des conseillers frondeurs, on est en droit d’affirmer que le Conseil communal d’Abomey vient aussi d’être emballé par le vent de destitution des maires qui souffle sur les Communes du Bénin. Leur démarche n’est pas surprenante au regard des derniers développements de la crise qui secoue le Conseil depuis plus de trois mois. Ayant très tôt eu vent de ce coup en préparation, le locataire de l’hôtel de ville d’Abomey a eu l’ingénieuse idée de convoquer une session extraordinaire, la semaine dernière dans le but d’aplanir les divergences à l’interne et de désamorcer la bombe en attente d’être explosée. A l’issue de cette séance de vérité, les conseillers ont exigé le renvoi du secrétaire particulier du maire, du chef de service planification, le relèvement du chef service affaires domaniales, la relecture de certains des arrêtés pris par le maire, le rapportage des arrêtés relatifs à la recomposition de la commission de passation des marchés publics et la traduction devant le conseil de discipline certains agents indélicats pour insubordination. Soucieux donc de la cohésion au sein de l’écurie, le maire Blaise Ahanhanzo-Glèlè a dû céder aux requêtes de ses conseillers qui, semble-t-il, sont en désaccord avec lui. En dépit de cette main tendue de l’autorité communale qui s’est traduite par la prise de nouveaux arrêtés pour se conformer aux exigences de la majorité des conseillers, les dissidents sont restés inflexibles. Ils ont mis en exécution leur menace qu’ils brandissaient en saisissant l’autorité de tutelle de la situation délétère qui prévaut au sein du Conseil communal d’Abomey. C’est dire donc que le préfet du Zou, Firmin Aimé Kouton, a encore du pain sur la planche quant à la conciliation des conseillers protestataires et les autres qui continuent d’être fidèles au maire.

Zéphirin Toasségnitché

(Br Zou-Collines)

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE