Coupure intempestive de courant : Le Dg/Sbee en campagne contre Lionel Zinsou

Coupure intempestive de courant : Le Dg/Sbee en campagne contre Lionel Zinsou

0
PARTAGER

Hier, mercredi 24 février 2016, il sonnait environ 11h quand tout le quartier de Bar-Tito est privé de courant électrique. Hanté par le spectre de la veille, mardi 23 février où la coupure a durée toute une journée, nous appelons le service dépannage au 21 31 24 10 pour savoir à quelle heure le courant allait revenir. Comme d’habitude, à chaque coupure de courant, nos questions étaient souvent les mêmes. 1- Quand aurons-nous le courant ? 2-Pourquoi notre zone est plus affectée que d’autres ? Un homme décroche au bout du fil et pour toute réponse, il dit ceci : « Arrêtez d’appeler tout le temps pour la même chose (…) On vous a déjà dit que c’est un délestage », et il finit par : « Attendez le nouveau président ».

Voilà comment la Sbee gère le délestage. Voilà comment les agents répondent aux clients déjà dépités par les coupures intempestives. Il est inconcevable qu’à la date d’aujourd’hui, le DG/Sbee n’est pas déjà monté au créneau pour expliquer les raisons de ce délestage subit. Comment comprendre que certaines zones soient privilégiées par rapport à d’autres dans la même ville pendant le délestage ? Comment comprendre que depuis que nous avons renoué avec ce cycle infernal de coupure intempestive de courant électrique, le Dg/Sbee ne puisse pas mettre à la disposition de sa clientèle une programmation de coupure pour permettre à la population de s’organiser, étant donné que toute coupure d’électricité rime généralement avec la coupure d’eau.

Au regard de la période et vu les enjeux, comment ne pas penser à un complot ? Qu’il vous souvienne que les élections législatives d’avril 2015 et celles communales, municipales et locales de juin 2015 se sont déroulées en plein délestage alors que la situation semblait être sous contrôle quelques mois plus tôt. Sans qu’il soit dans les secrets des dieux, la réponse de l’agent qui était au bout du fil (attendez le nouveau président) interpelle Boni Yayi. C’est comme si, parce que le gouvernement actuel est en fin de mandat, il ne se préoccupe plus du sort de la population face au phénomène du délestage. Boni Yayi n’a-t-il pas affirmé qu’il serait en train de travailler pour le peuple jusqu’au 5 avril à minuit ? Il doit donc prendre ses responsabilités et s’assurer qu’il n’y a pas un plan pour saboter sa fin de règne. Le cas échéant des têtes doivent tomber. Le noir dans lequel vivent les Béninois n’arrange pas les affaires de son dauphin et candidat de la coalition républicaine Lionel Zinsou. Et visiblement, celui à qui il a confié la direction de la Sbee ne semble pas s’en préoccuper.

M.M

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE