Cos-Lépi:Les régisseurs bloquent le paiement des agents

Cos-Lépi:Les régisseurs bloquent le paiement des agents

0
PARTAGER

En tant que maillon essentiel dans l’organisation de la dernière élection présidentielle, le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste élec-torale permanente informatisée (Cos-Lépi), à travers ses différents dé-membrements, a joué un rôle capital. Seulement, après cette réussite nationale, des régisseurs du Cos-Lépi tendent à saboter le régime du Président Patrice Talon.

Des informations recoupées dans les couloirs du Cos-Lépi à Agblangandan dans la Commune de Sèmè-Podji, ils sont trois agents du Ministère de l’Economie et des Finances qui se prennent pour des demi-dieux. Ils ont noms Sidi Ali Mouhamadou Dine, Rafiou Sorokou et Jacob Adéchina. Le premier est le Délégué du contrôle financier (Dcf), le 2nd est le Régisseur principal du Cos-Lépi et le 3ème son adjoint.

Situant les faits, c’est sous le président Augustin Ahouanvoébla que le Cos-Lépi a sollicité des agents pour aller enrôler, dans un premier temps, des Béninois de la diaspora sur la Lépi et ensuite, aller leur distribuer leurs cartes d’électeur. Mais, il se fait qu’à cette date, ces personnes qui ont été appelées pour accomplir ces devoirs républicains sont restées non entièrement satisfaites jusqu’à cette date. Et selon des informations qui fusent, de part et d’autre, ce sont ces trois agents du Ministère des Finances cités plus haut qui en font à leur tête en privant leurs compatriotes sollicités par le Cos-Lépi de jouir du fruit de leur dévouement à la République !!!

Les faits remontent à l’étape d’enrôlement des Béninois de la diaspora sur la Lépi. Pour ce faire, il était question de les enrôler puis, de procéder à la distribution de leurs cartes d’électeurs afin qu’ils participent à l’élection du nouveau Président de la République qui devra prendre les rênes du pays pour les 5 prochaines années. Ce qui fut entièrement réalisé entre le mois de novembre 2015 et celui de février 2016. A cet effet, il a été payé une avance sur frais de mission aux agents distributeurs du Cos-Lépi qui ont été envoyés dans divers pays du monde à travers la planète où résident des Béninois. N’ayant donc reçu qu’une avance sur frais de mission, le Cos-Lépi, sous le président Augustin Ahouanvoébla, leur reste devoir un solde pour tout compte fait. Mais, malheureusement, entre temps, la Cour constitutionnelle a déchargé l’équipe du président Ahouanvoébla au profit du Centre national de traitement (Cnt) pour l’autorité du sieur Kassim Chabi. Ce dernier et son équipe étant préoccupés en son temps par la production et la distribution des cartes d’électeur à nos compatriotes enrôlés sur la Lépi ont pu jouer leur rôle pour que la dernière élection présidentielle se déroule sans anicroche. Mais, depuis la fin de ces opérations électorales, le Coordonnateur du Cnt en la personne du sieur Kassimou Chabi, désormais maître à bord, a traité les derniers états de paiement de reliquats dus aux agents distributeurs de cartes d’électeur aux Béninois de la diaspora.

Volonté manifeste de bloquer

Contre toute attente, les documents traités et validés par le Coordonnateur du Cnt depuis près de 10 jours et envoyés à la Régie financière du Cos-Lépi sont restés bloqués jusqu’à ce jour parce que les sieurs Sidi Ali, Soroukou et Adéchina narguent presque tous les personnels et usagers du Cos-Lépi. Ils ont décidé de mettre un coude sur les paiements jouissant de factices parcelles de pouvoir qu’ils croient détenir ! Toutes situations qui effarouchent les ayants droit. Pendant ce temps, au Ministère de la défense nationale, c’est le ministre Candide Azannaï qui a joué un rôle fondamental pour éviter que les hommes en armes (militaires et gendarmes) qui ont assuré la sécurité de la dernière élection présidentielle n’aient pas une mauvaise impression du nouveau Président de la République. Car, si la situation en restait là, des Béninois qui ont sacrifié de leurs précieux temps pour que la dernière présidentielle ait convenablement lieu penseraient que le Président Patrice Talon est élu sur fonds impayés !!! Alors que les informations de sources concordantes font état de ce que le Ministère des Finances qui emploie ces trois agents aurait déjà libéré les crédits nécessaires à l’apurement de cette dette de l’Etat. Mais les « Django » de la Régie financière du Cos-Lépi en ont décidé autrement. Veulent-ils créer une crise ou une tension sociale dans le pays ? Nous n’oserons pas croire à cette machination de leur part car, il y va de leur intérêt et surtout celui de la République. Qu’ils satisfassent les ayants droit qui s’impatientent légitimement. Dans d’autres composantes de la nation, des actions signalées ont été déjà posées par les tenants du nouveau pouvoir.
En effet, si l’actuel ministre Candide Azannaï a pu contraindre la hiérarchie militaire à rembourser dans un bref délai plus de 4 milliards de FCfa aux agents de sécurité pour crédibiliser davantage l’élection du nouveau Président Patrice Talon, est-ce le jeune ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni, qui laisserait deux de ses collaborateurs zélés ternir l’image de marque du Président Patrice Talon ?

Ce qui est constant, c’est qu’il se susurre dans les coulisses que le Collectif des agents distributeurs des cartes d’électeur aux Béninois de la diaspora se prépare pour donner de la voix si au cours de cette semaine, la Régie financière du Cos-Lépi ne se décide pas à libérer les fonds à eux dus. Et c’est même aux portes de la Présidence de la République que ce Collectif s’apprête à aller dire son ras-le-bol afin que le président Patrice Talon le sache. Il lui appartiendrait de ce fait, d’instruire son ministre de l’Economie et des finances pour discipliner ses collaborateurs cités plus haut.

Situation soupçonneuse !

En dehors de cette affaire d’apurement de dette de l’Etat qui serait bloquée par trois agents zélés du Ministère de l’économie et des finances qui officient dans d’autres structures de l’Etat, et donc touchant doublement des primes ; il subsiste une situation dangereuse qu’il faille régler dans un très bref délai si la Régie financière du Cos-Lépi n’est pas animée par un sentiment de vouloir créer une crise sociale préjudiciable au tout nouveau Président de la République, Patrice Talon.

De quoi s’agit-il ?

S’il est vrai que dans un premier temps pour l’opération effectuée courant novembre – décembre 2015, les agents recenseurs du Cos-Lépi pour les Béninois de la diaspora n’ont été payés que dès la fin du mois de janvier et début février 2016, il n’en demeure pas moins vrai qu’à cette date il existe un flou inexplicable à la Régie financière du Cos-Lépi en ce qui concerne le règlement des frais de déplacement et de communication de ce personnel occasionnel qui rumine depuis lors pour le non-règlement de ces frais. En effet, alors qu’il a été payé aux agents recenseurs, dès leur départ en mission, des frais de déplacement et de communication, à leur retour de mission, il leur a été défalqué ces frais évalués à 300.000 F Cfa par agent pour un nombre de plus de 300 personnes. Pendant ce temps, la Régie financière du Cos-Lépi a exigé et reçu ces agents recenseurs des factures justifiant de ces frais de déplacement et de communication. Chose curieuse, ils n’ont pas daigné rembourser leurs ayants droit qui ont pourtant produit les pièces justificatives ! Va-t-on assister à une situation où la Régie financière du Cos-Lépi prend des pièces justificatives auprès de plus de 300 agents recenseurs à raison de 300.000 FCfa pour chacun et ne les paye pas alors qu’ils ont fait introduire ces documents comptables auprès du Directeur du budget pour justifier des paiements qui ne seraient en réalité pas été faits entre les mains des bénéficiaires ? Nous n’osons pas croire que ces trois agents du Cos-Lépi auront une telle attitude à une audace qui pourrait compromettre le régime du « Nouveau départ » qui promeut, à travers son chantre (le président Patrice Talon), la vertu et l’honneur. Car, le Président Patrice Talon, homme de paix et de piété, déteste l’injustice et surtout les actes répréhensibles qui peuvent nuire à l’intérêt collectif. Certainement que la Régie financière du Cos-Lépi s’active, sous peu, pour prendre le train du « Nouveau départ » pour ne pas être à la traîne. Ils sont bien intelligents ces agents du Ministère des Finances qui sont rompus à la tâche au Cos-Lépi. Seulement, il leur est demandé un peu plus d’efforts et de diligence.

Abdourhamane Touré

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE