Conséquence des dix ans de Yayi : La rupture se rapproche du...

Conséquence des dix ans de Yayi : La rupture se rapproche du Palais

0
PARTAGER

Il faut bien être un devin pour attendre que les 72% des Béninois qui ont opté pour tout sauf le candidat de Boni Yayi se dédient au prochain second tour des présidentielles au Bénin.

La coalition de la rupture se rapproche ainsi du fauteuil que doit inévitablement quitter Yayi. Encore quelques jours et le peuple béninois qui a opté pour tout sauf la continuité de Yayi se satisfait d’avoir pris le pouvoir pour de nouveaux jours. A voir les tendances actuelles quoique provisoire, il y a une lecture simple et facile. Seuls 28% de l’électorat ont accordé leurs suffrages au Président de la République, au Président de l’Assemblée Nationale, au Premier Vice Président de l’Assemblée nationale, à tout le gouvernement réunis et au maire de la ville de Cotonou sans oublier les Directeurs de société, les différents directeurs de cabinets et les autres maires. Et la grande et large majorité de 72 % est allé vers les candidats qui ont tous choisi de tourner le dos au Président qui a régné depuis dix ans. Aujourd’hui, les Béninois ont choisi de le remercier pour service fait en lui signifiant ouvertement que sa page est tournée. Comment alors ne pas les voir donc se rapprocher du palais de la Présidence de la République que devra quitter qu’il le veuille ou pas Boni Yayi dans quelques jours seulement. Pour la majorité des Béninois, il n’est plus possible de continuer avec la chansonnette de Boni yayi. La danse est terminée et il faut changer de disque. Certainement que pour le second tour, ces milliers de Béninois concrétiseront franchement leur vœu en confirmant la démarche de la coalition mise en place avant le premier tour et qui favorise aujourd’hui le rapprochement. Car, face à Boni yayi qui travaillait pour gagner au premier tour, les mordus de la rupture avaient mis en place la plateforme de poursuite de la deuxième manche de la présidentielle. Une stratégie qui les conduira certainement à Porto-Novo le 6 avril 2016 pour voir leur représentant prêter serment avant de venir occuper légitimement le fauteuil que Boni yayi a tout tenté depuis des mois pour garder dans son camp.

Junior Fatongninougbo

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE