Conseil du 20 juillet 2016 : Plusieurs décisions prises par le gouvernement...

Conseil du 20 juillet 2016 : Plusieurs décisions prises par le gouvernement hier

0
PARTAGER

Comme d’habitude, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence a fait le point du conseil des ministres d’hier, mercredi 20 juillet 2016. Il en ressort que plusieurs décisions ont été prises. Lire ici le point fait par Pascal Irénée Koupaki.

Le point du ministre d’Etat Koupaki

Le Conseil des ministres a approuvé le projet de décret portant attributions, organisation et fonctionnement du Secrétariat général de la Présidence de la République et celui du cabinet civil du Président de la République. Ces deux projets de décrets bouclent ainsi l’organisation de l’administration des ministères et l’organisation de l’administration de la Présidence de la République.
Le Conseil des ministres a adopté deux autres projets de décrets, organisant la sécurité des autorités et personnalités :
– un décret qui réglemente la sécurité des membres du Gouvernement, des anciens présidents de la République, des institutions de la République, et des personnalités civiles et militaires attachées à la Présidence de la République.
– Un décret qui réglemente la mise à disposition des autorités et personnalités des gardes du corps.
Ces deux décrets tiennent comptent des nombreux défis sécuritaires, de la nature et de la forme des menaces nouvelles et de la réalité des effectifs des structures militaires et paramilitaires.
Dans le contexte actuel caractérisé par des actes de grand banditisme transfrontalier, le Conseil des ministres a jugé important de faire l’état des lieux de l’arsenal national. Pour cela, une commission mixte va procéder à la vérification systématique des armes et munitions, à l’appréciation des conditions de stockage des matériels puis au déclassement et à l’élimination des armes et munitions déclarées hors services. Le Conseil a donc pris un décret relatif à la mise en place de cette commission mixte.
Le Conseil s’est aussi penché sur le cadre de vie aux besoins de bien-être des populations. Le Conseil a aussi constaté le déficit d’attractivité des principales agglomérations de notre pays, la faible qualité des services rendus aux populations. Le Gouvernement veut relever ce défi en réalisant des investissements pour le développement urbain et pour la satisfaction des besoins des populations, des entreprises et des investisseurs. Des projets phares ont été identifiés. Il s’agit de grands projets urbains dans l’agglomération de Cotonou, dans les villes de Porto-Novo et Parakou. Ces grands projets urbains ont été retenus comme leviers d’actions et locomotives du développement. Mais comment prendre le montage de ces projets, leurs programmations, la supervision et l’assistance aux structures sectorielles ? Comment accélérer la réalisation de ces grands projets urbains. Le Conseil a ainsi décidé de la création de l’Agence des grands projets urbains et adopté le projet de décret portant approbation des statuts de cette agence qui est un établissement public, à caractère administratif et culturel de type spécifique qui est placé sous la tutelle de la Présidence de la République. Voilà pour les six décrets adoptés.
En ce qui concerne les communications, les grands projets urbains ne peuvent soutenir le développement et l’amélioration du bien-être des populations sans la réalisions d’autres infrastructures majeures particulièrement dans le secteur de l’énergie pour renforcer la capacité en terme de production de l’énergie. Le Conseil a ainsi pris deux mesures urgentes. La première, c’est la réhabilitation des centrales électriques de Porto-Novo, de Parakou, et de Natitingou. La deuxième mesure, c’est la location de deux centrales thermiques d’une capacité totale de 150 MGW. A fin octobre 2016, en principe on aura zéro délestage. L’incidence financière de ces deux mesures, sur le Budget national est estimée à environ 30 milliards de francs Cfa.
Le ministre de l’économie et des finances a par ailleurs présenté une communication en conseil sur l’évolution des frais de transports à l’étranger. Ces dépenses budgétaires connaissent depuis quelques années une hausse inquiétante. Les frais de voyage à l’extérieur se sont accrus de 7 milliards en 2014 à environ 18 milliards en 2015. Il s’agit de voyage de personnalités politico-administratives, des bourses et des évacuations sanitaires. Le Conseil s’est préoccupé de l’importance de cette charge budgétaire. Dans le cadre d’une meilleure maitrise de la dépense publique, le Conseil a instruit le ministre de l’économie et des finances aux fins de mettre en place dans un délai rapproché, une cellule dédiée qui sera chargée de planifier et de piloter les dépenses de transports à l’étranger tout en améliorant les relations avec les agences de voyages dont les créances sur le temps s’accumulent avec de longs délai de payements. Il sera donc créer au ministère de l’économie et des finances la cellule des voyages des officiels auprès de laquelle les membres du gouvernement des établissements publics, des institutions de la République à l’exception de la Cour Constitutionnelle, et de l’Assemblée nationale, vont obtenir leurs titres de transports pour l’ensemble des voyages à l’étranger financés par l’Etat.
Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique en sa qualité de Président du Comité national des manifestations officielles, a fait le point au Conseil des dispositions prises pour la célébration du 1er Aout 2016 à Cotonou, du 56e anniversaire de l’indépendance de notre pays dans la sobriété et la modestie financière.

Enfin, au nombre des mesures individuelles, sur la base des propositions de la Haac autorité de l’audiovisuelle et de la communication, le Conseil a autorisé la nomination des responsables à divers postes des organes de presse de service public. Il s’agit du Directeur Général de l’Onip, du Directeur de Publication du quotidien la Nation, du Secrétaire General de l’Ortb, du Directeur de la Station régional de l’Ortb Parakou, du Directeur de la Radiodiffusion nationale, et du Directeur de la Télévision nationale. Deux de ces mesures individuelles prennent effet immédiatement. Et les quatre autres mesures individuelles prennent effet à compter de la fin du mandat des responsables actuelles. Le Conseil a nommé un Directeur Général de l’Office de Radiodiffusion et télévision (Ortb) par intérim.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE