Conseil des ministres : Les nominations attendront encore

Conseil des ministres : Les nominations attendront encore

0
PARTAGER

Un extrait du compte rendu du conseil des ministres du 4 mai 2016 a fait croire qu’hier, lors du conseil des ministres, les nominations devaient démarrer sous l’ère du « Nouveau Départ». Erreur. Il n’en a rien été.
Les premières nominations en conseil des ministres sous l’ère du « Nouveau Départ » attendront encore un peu. Juste un peu. Elles ne sauraient tarder. Mais pour l’heure, aucune nomination n’a été prononcée par le conseil des ministres d’hier, 11 mai 2016. Des sources autorisées le confirment. On dira que le président de la République et les membres de son gouvernement ont pris le peuple béninois à contre-pied. En effet, un extrait du compte rendu du précédent conseil des ministres aura mis nombre de Béninois sur une fausse piste. «(…) Le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant la structure type des ministères. Le projet de texte découle de la nouvelle architecture gouvernementale nécessitant la révision du décret n°2012-191 du 03 juillet 2012 fixant la structure type des ministères. Il répond à la volonté du Gouvernement de prévenir les dysfonctionnements ou les irrégularités, de renforcer le système de vérification et de contrôle des dépenses publiques, de mettre en place une administration moderne et efficace au service du développement et d’instaurer une gouvernance éthique dans tous les secteurs (…) En attendant la finalisation des textes règlementaires à cette nouvelle disposition, le Conseil a autorisé la nomination à titre provisoire des responsables aux postes concernés». Evidemment, on devrait alors s’attendre à ce que les cabinets ministériels, les directions des sociétés d’Etat, etc, commencent par changer de têtes à partir d’hier. Mais, force est de constater que ceux qui voudraient voir les hommes de Yayi partir devront prendre leur mal en patience. Les hommes du régime défunt peuvent encore la couler douce pour quelques heures, voire jours encore. Le régime du «Nouveau Départ», selon des sources, voudrait prendre son temps pour bien faire. Essayer de placer les hommes qu’il faut aux places qu’il faut.

Plusieurs décisions prises
En faisant le point des grandes décisions prises par le conseil des ministres, le ministre d’Etat secrétaire général de de la présidence n’a évidemment pas fait cas de quelque nomination. Mais, Pascal Irénée Koupaki a dévoilé plusieurs décisions prises. Il ressort de son intervention que le conseil des ministres a mis en place un comité portant organisation et fonctionnement du comité technique de mise en œuvre et de suivi des réformes de l’administration du système éducatif, et a interdit l’exportation de tout produit forestier. Le conseil des ministres a certainement écouté le cri de détresse des marchands de charbon et de bois en autorisant, jusqu’à la mise en place de nouvelles directives dans le secteur, la commercialisation sur le territoire national de bois d’œuvre, de bois de feu et de charbon de bois. «Le gouvernement s’est réuni en conseil des ministres et a mis en place un comité portant organisation et fonctionnement du comité technique de mise en œuvre et de suivi des réformes de l’administration du système éducatif. Ce comité technique dispose de 45 jours pour déposer les conclusions de ses travaux. Le Chef de l’Etat a prévu dans son projet de société la création d’une zone franche de savoir et de l’innovation. Le but visé par la zone Franche de savoir et de l’innovation est de développer les filières d’enseignement de recherches scientifiques et d’innovation de pointe. Cette zone permettra aux jeunes entrepreneurs de chez nous de bénéficier d’accompagnement d’incubation et d’appui financier pour démarrer les projets. C’est pour démarrer l’opérationnalisation de cette ambition qui participe à la création de l’emploi que le conseil a pris un décret portant création attribution, organisation et fonctionnement du comité de pilotage pour la mise en place d’une zone franche de savoir et de l’innovation. Le comité de pilotage déposera son rapport dans un mois. La commercialisation sur le territoire national de bois d’œuvre, de bois de feu et de charbon de bois est autorisée jusqu’à la mise en place de nouvelles directives dans le secteur. Les permis de circulation exigés pour le transport des produits forestiers à des fins de consommation exclusivement nationale sont suspendus. Les opérations de débardage et de vidange de bois abattus, également aux fins de consommation exclusivement nationale sont autorisées à titre provisoire. Le Conseil des ministres réaffirme l’interdiction ferme de l’exportation de tout produit forestier jusqu’à nouvel ordre », retient-on de l’intervention du ministre d’Etat, Pascal Irénée Koupaki.

Athanase Dèwanou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE