Conseil des ministres : La commercialisation du bois et de ses dérivés...

Conseil des ministres : La commercialisation du bois et de ses dérivés à nouveau autorisée

0
PARTAGER

La commercialisation de bois d’œuvre, de bois de feu, et du charbon de bois est autorisée jusqu’à la mise œuvre  de nouvelles directives dans le secteur. Les permis de circulation exigés pour le transport des produits forestiers à des fins de consommation exclusivement nationales sont suspendus. Par ailleurs, Les opérations de débardage  et de vidange de bois abattus également à des fins de consommation exclusivement nationales sont autorisées à titre provisoire. C’est l’une des décisions prises par le conseil des ministres en sa séance du mercredi  11 mai 2016. Cependant, le conseil des ministres réaffirme l’interdiction ferme, d’exportation des produits forestiers jusqu’à nouvel ordre. D’autres dossiers ont fait l’objet d’étude au cours du conseil des ministres, notamment celui relatif à la reconstruction du système éducatif béninois en phase avec la nouvelle dynamique avec  l’institutiond’un comité technique, chargé de la mise en œuvre et du suivi des administrations du système éducatif. Un décret portant attribution, organisation et fonctionnement en vue de la mise en œuvre des réformes de l’administration du système éducatif a été pris dans ce sens par le conseil des ministres. Le conseil des ministres a également pris un décret portant création, attribution, organisation et fonctionnement pour la mise en œuvre et l’opérationnalisation de la Zone franche du savoir et de l’innovation. Son but est de développer les filières d’enseignement, de recherche scientifique  et d’innovation de pointe.  Cette Zone franche permettra aux jeunes entrepreneurs, à en croire le ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence, Pascal Irénée Koupaki, de bénéficier  d’accompagnements, d’incubation et de financement pour le démarrage des projets innovants. Enfin, en vue du Renforcement du dispositif de protection des données à caractère personnel à l’Aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, le conseil des ministres a pris la décision de  faire réinstaller par la direction générale de la Police nationale, ses équipements propres dédiés à l’enrôlement des passagers à l’aéroport. Les services des polices de l’air et des frontières à l’aéroport retrouvent ainsi leurs prérogatives régaliennes dans l’enrôlement des passagers, selon les propos du ministre.

Thomas AZANMASSO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE