Conseil des ministres du mercredi dernier : Des nominations qui créent la...

Conseil des ministres du mercredi dernier : Des nominations qui créent la polémique

2
PARTAGER

Des cadres ont été promus seulement ce mercredi en Conseil des ministres, mais leur nomination ne passe pas chez plusieurs personnes.

Certaines décisions du gouvernement de la Rupture suscitent des critiques nourries au sein de la population. Le Conseil des ministres de ce mercredi laisse perplexe plus d’un. Au ministère des Finances, la nomination de Gilles Guerard comme Directeur central de la supervision des régies fi nancières a affolé les réseaux sociaux. Son patronyme sonne un peu français. Et beaucoup l’ont présenté comme l’une des compétences extérieures que le président Patrice Talon a juré payerpour que le Bénin amorce son développement. Mais Gilles  Guerard serait aussi Béninois. Des sources sûres affi rment que sa mère est originaire du Bénin. Il y a d’autres cas qui suscitent  même l’indignation. Ce sont les nominations prononcées au ministère de la Justice. Les neuf cadres catapultés ne seraient pas tous fréquentables. Certains auraientdéjà trempé dans des affaires de corruption. Sur le sujet, le président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), Michel Adjaka s’est mêmefendu d’un commentaire sur sa page Facebook hier jeudi 26 mai 2016.« Certaines nominations faites par le gouvernement de la rupture dans le secteur judiciaire insultent  la morale et n’incitent pas à la vertu. On ne peut pas prôner et promettre au peuple la rupture et s’empresser de recycler des magistrats sanctionnés par le Conseil supérieur de la magistrature dans des dossierscriminels comme AmaniTidjani pour corruption et SévérinCoovi pour défaut de compte rendu», a-t-il écrit. Pour lui, « la magistrature n’est pas un capharnaüm, elle mérite mieux». La seule évocation des noms de ces professionnels de la justice promus rappelle des dossiers sulfureux. Ils n’ont donc a priori aucune chance de travailler dans une atmosphère détendue. Les limogeages intervenus à Offi ce  de radiodiffusion et télévision du Bénin (Ortb)laissent aussi pantois plusieurs analystes. Le Directeur de la télévision nationale, WabiBoukari a été relevé de ses fonctions son mandat étant arrivé à terme depuis le mois de février. Mais le processus devant conduire à son remplacement n’a pas encore abouti. C’est Maxime Ahotondji qui assure l’intérim. Des voix se sont levées pour montrer que rien ne pressait et que le gouvernement pouvait attendre la fi n du processus normal de désignation du remplaçant de WabiBoukari. Le Directeur général de l’Ortb, Stéphane Todomè, lui, ne fi nira pas son mandat. Il a été aussi remercié. Stéphane Todomè a laissé sa place à Georges Amlon qui terminera le mandat en  novembre prochain. Les raisons du départ du Dg Todomè restent encore inconnues. Seulement,  certaines sources confi ent qu’il n’était plus bien vupar le nouveau régime. Certains dénoncent sans preuves irréfutablesune purge. Moins de deux mois après sa prise de pouvoir, la Rupture est critiquée. En tout cas, ses décisions sont décriées. Et cela risque bien d’infl uer très tôt négativement sur la cote de popularité de Patrice Talon.

A.S

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE